Guerre en Ukraine : la ville de Nantua "ouvre ses bras" pour accueillir des réfugiés Ukrainiens

Le maire de Nantua a lancé un appel à la solidarité. L'élu divers droite du département de l'Ain est prêt à accueillir des réfugiés ukrainiens, et compte sur sa population. Mercredi soir, à 19h, une réunion publique aura lieu en mairie "pour organiser et anticiper l'aide aux familles ukrainiennes".

Ces gens sont aujourd'hui en danger en Ukraine, nous les accueillerons avec beaucoup de solidarité et beaucoup de fraternité.

Jean-Pascal Thomasset, maire DVD de Nantua

"Un appartement qui appartient à la commune que nous mettrons à disposition d'une famille de réfugiés ukrainiens. Il peut accueillir au moins six personnes", ainsi commente le maire de Nantua en ouvrant la porte d'un logement de quatre pièces au cœur de sa ville; un appartement qu'il souhaite réserver aux futurs réfugiés.

Nantua, ville médaillée de la Résistance, veut donner l'exemple

C'est le souvenir d'une autre guerre qui pousse l'élu à cet élan de solidarité. Nantua, commune aindinoise médaillée de la Résistance, se devait d'aider les réfugiés. Un impératif depuis la rafle des hommes de Nantua en 1943. Et surtout une aide concrète.

"Nantua ville médaillée de la résistance, ne peut rester insensible aux affres de la guerre qui touchent des peuples et des civils à quelques centaines de kilomètres de nos frontières. Nantua s’engage à accueillir des familles de réfugiés ukrainiens qui viendraient à fuir cette horreur d’un conflit inhumain. La commune dispose de quelques appartements que nous mettrons à disposition avec un esprit de fraternité propre aux Catholards. La solidarité d’une ville, qui a connu la résistance et l’occupation, doit s’exprimer pleinement dans ces moments difficiles pour nos voisins ukrainiens", a indiqué le 25 février dernier, le maire de la ville sur la page Facebook de la ville, au lendemain du déclenchement de l'offensive russe sur le sol ukrainien.

Nous sommes imprégnés de cette histoire de la guerre et on ne peut pas rester insensible à ce qui se passe à quelques heures d'ici.

Jean-Pascal Thomasset, maire DVD de Nantua

Un appel a donc été lancé aux habitants et une cinquantaine de lits ont déjà été recensés. "La commune dispose d'appartements, de salles polyvalentes, d'un camping. On a de quoi répondre à une première venue de réfugiés". Le maire indique également que l'élan de solidarité va au-delà et s'est manifesté tout au long du week-end : "des particuliers, des entreprises, des collectivités m'ont appelé en me disant nous sommes solidaires de la ville de Nantua, par rapport à un possible accueil de réfugiés".  

Jean-Pascal Thomasset espère que les autres villes de la région feront de même.

"La ville de Nantua ouvre ses bras"

Pour Andriy Nytchypor, cette initiative solidaire est rassurante. Ce dernier vit en France depuis une dizaine d'années avec femme et enfants. Avec son épouse Iryna, ils sont inquiets pour leurs proches qui se trouvent dans leur pays natal.

Le couple est également inquiet pour la capitale Kiev et ses trois millions d'habitants. "J'ai mal pour ma famille, pour tout le monde en Ukraine... Je pense à mon pays tout le temps" explique le père de famille. "Combien de civils vont mourir quand Kiev va tomber ? Combien de réfugiés en Europe ? " s'interroge-t-il. Selon le HCR, Haut-Commissariat aux Réfugiés, le 27 février, soit quatre jours après le début de l'offensive des troupes russes, quelque 370 000 personnes avaient déjà quitté leur foyer pour fuir le conflit. 

J'espère que ça va se terminer le plus vite possible. (...) Ce qui est important, c'est la vie humaine, c'est d'arrêter la guerre.

Andriy, habitant de Nantua originaire d'Ukraine

Impossible pour l'édile aindinois de rester insensible aux événements qui se déroulent en Ukraine actuellement. "On imagine ce que peuvent vivre aujourd'hui les enfants, les femmes, les personnes âgées là-bas en Ukraine. On a envie de leur dire, venez ici, venez vous ressourcer quelques semaines, quelques mois, échapper à la terreur des bombes. Venez ici ! " explique le maire de Nantua.