Le maire de Saint-Jean-le-Vieux, dans l'Ain, doit définitivement enlever son ralentisseur

Une affaire de ralentisseur qui dure... depuis plus d'un an. A Saint-Jean-le-Vieux dans l'Ain, la justice a définitivement tranché en appel. Le maire a perdu : le ralentisseur doit être supprimé.

Un ralentisseur de 19 cm de haut !
Un ralentisseur de 19 cm de haut ! © France 3

Marche arrière. Le 17 décembre 2019, le tribunal administratif de Lyon, saisi par un automobiliste, avait condamné la commune de Saint-Jean-le-Vieux à supprimer l'un de ses ralentisseurs jugé trop haut pour une route départementale qui voit passer plus de 3000 véhicules par jour. Le maire avait contesté cette fréquentation et décidé de faire appel.

A l'époque, Christian Batailly ne voyait que du positif depuis l'installation de ce ralentisseur, 2 ans plus tôt. Un autre avait même été implanté juste après, quand on entre dans l'agglomération de 1800 habitants. "Avant, on avait des automobilistes qui pouvaient arriver à 100km/h, aujourd'hui ils sont à 30-40km/h, les riverains ont vu la différence", expliquait-t-il en montrant son radar pédagogique qui relève la vitesse du trafic. C'est d'ailleurs en utilisant ce radar qu'il comptait apporter une preuve à la prochaine Cour qui jugera son appel. "On peut comptabiliser le nombre de véhicules et je suis sûr et certain qu'on n'atteint pas les 3000 par jour, j'ai aussi demandé au Département de compter." En vain.

En appel, la Cour administrative d'appel de Lyon a confirmé, ce 11 février 2021, le jugement initial. La mairie doit donc supprimer son ralentisseur dans les 4 mois. 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société routes économie transports