Fusillade mortelle de Nantua : le présumé tireur, son frère et sa mère en garde en vue

L'homme suspecté d'avoir tiré sur des personnes devant un café du centre-ville de Nantua a été arrêté. Une personne âgée de 19 ans est décédée sur place ce jeudi 1er juin 2023, trois autres personnes sont blessées. Le tireur présumé, son frère et sa mère, en garde à vue.

Le tireur supposé, âgé d'une trentaine d'années, a été arrêté par les gendarmes après la fusillade de ce jeudi 1er juin au matin dans le centre-ville de Nantua. Un homme est décédé sur le coup et trois autres personnes ont été blessées. Le centre-ville a été bouclé plusieurs heures par les forces de l'ordre. En fin de journée, un communiqué du parquet faisait état de trois personnes en garde à vue : le tireur présumé qui a reconnu les coups de feu "en voulant se défendre", son frère et sa mère sont également entendus par les enquêteurs.

Un homme interpellé

L'homme, soupçonné d'avoir tué une personne et d'en avoir blessé deux autres par balles ce jeudi matin dans un café en plein centre de Nantua, a été interpellé sur la voie publique, peu avant 15h. Mais avant cela, les gendarmes ont quadrillé le secteur durant plusieurs heures. Le suspect avait été signalé retranché à deux pas du lieu du crime. Les écoles, situées à proximité du lieu où se sont déroulés les faits, ont été confinées avec les élèves à l'intérieur. Les parents étaient désemparés.

Finalement, l'individu s’était engagé dans une rue parallèle, jusqu’à un squat situé près de la mairie. Les forces de l’ordre ont planqué avant de l’appréhender. Ce dernier n’a pas opposé de résistance lors de son arrestation. 

Après l'interpellation du suspect, la préfecture de l'Ain a annoncé "la levée du dispositif d'ordre public", précisant que les transports scolaires seraient assurés normalement à la sortie des classes. Elle a aussi indiqué la mise en place de cellules de soutien psychologique.

Le tireur et les blessés connus de la justice 

Sollicité par franceinfo, le parquet de Bourg-en-Bresse indique qu'une enquête de flagrance pour "assassinat" a été ouverte et confiée à la section de recherches de Lyon. "Aucune connotation terroriste n'est actuellement mise en évidence", a ajouté le parquet. Par ailleurs, une source proche de l'enquête explique que le tireur ainsi que les blessés étaient connus de la justice pour des affaires de grand banditisme. Seul le jeune homme tué n'était connu ni de la police, ni de la justice.  

Difficile d’y voir clair : règlement de compte, mauvais regard, "embrouilles" entre familles ? Une chose est certaine : les protagonistes de ce drame se connaissaient. "Ce sont des jeunes d'ici, ils ont grandi ici. On ne sait pas ce qui leur a pris", a expliqué un habitant.

Si cette ville de 3500 habitants est sous le choc, les habitants interrogés balaient d’un revers de manche la thèse d’un affrontement entre communautés. Un autre habitant évoque plutôt un différend d'ordre "personnel". "Au contraire, communautairement, Nantua peut même être un exemple de vivre ensemble", affirme-t-il. "Ce n'est pas une histoire de communautés, ça n'a rien à voir. Je suis d'origine turque, je connais tout le monde, ce n'est pas ça", assure un autre Nantuatien. Un troisième confirme : "ça fait 15 ans que nous sommes ici, en 15 ans, dans l'ensemble, c'est calme."

Fusillade dans le centre-ville de Nantua

Plusieurs tirs de pistolet ont été entendus vers 10h30 en pleine rue, dans le centre-ville de Nantua, à proximité d'un café situé rue des Tanneries, à l'angle de la rue Dr Mercier.

Un homme est soupçonné d'avoir ouvert le feu, touchant mortellement un autre homme, âgé de 19 ans. Une autre victime de 34 ans a été blessée à l'abdomen et emportée en urgence absolue par hélicoptère à l'hôpital de Lyon-Sud. Deux autres blessés légers ont été pris en charge sur place selon les pompiers de l'Ain.

Le tireur a pris rapidement la fuite à pied, selon des témoignages récoltés par notre équipe sur place. Puis s'est retranché dans un immeuble de la rue de l'Hôtel-de-ville, à quelques mètres seulement des lieux de la fusillade. Une cinquantaine de gendarmes a été mobilisée ainsi qu'une équipe du GIGN. 

Les raisons de ces tirs restent pour le moment inconnues. Sollicité par téléphone, le parquet de Bourg-en-Bresse indique qu'une enquête de flagrance pour "assassinat" a été ouverte et confiée à la section de recherches de Lyon. "Aucune connotation terroriste n'est actuellement mise en évidence", ajoute le parquet.

Des riverains sous le choc

La population et les riverains sont particulièrement choqués par les évènements. Les élèves des écoles environnantes ont été confinés alors que la gendarmerie et la police municipale ont bouclé le périmètre. "Les élèves sont gardés en sécurité dans les établissements scolaires avec de quoi les alimenter" avait indiqué la préfète de l'Ain sur son compte Twitter

Joint par téléphone, un pharmacien de la rue du collège, située un peu plus bas, nous décrivait un climat particulièrement tendu. Une cinquantaine de personnes se retrouvent alors dans sa pharmacie, sur ordre de la gendarmerie, dans l'attente de pouvoir rentrer chez eux, les rues étant barrées. "C'est fou, les gens ont des armes en France et tout le monde se tire dessus pour rien", déplore le praticien, lassé des conflits fréquents, selon lui, dans cette petite commune de 3400 habitants.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité