Le sénateur de l'Allier Claude Malhuret raconte son déplacement en Ukraine

Publié le

Claude Malhuret, le président du groupe Les indépendants au Sénat, est parti ce mercredi 20 avril, à Kiev, avec six autres sénateurs. Ils se sont rendus dans la capitale ukrainienne, à l’invitation du maire Vitali Klitschko. Revenu ce vendredi 22 avril, le sénateur rapporte son déplacement.

Le récit d'un voyage dans un pays en guerre. Durant celui-ci, ce sont plusieurs hommes politiques que Claude Malhuret a rencontrés. Avant le rendez-vous avec le maire de Kiev, la délégation, composée de six sénateurs, est passée par Lviv. Dans son récit, le sénateur de l'Allier évoque l’entrevue avec l’élu de la ville "confronté à un triple flux de réfugiés. Les déplacés de l’est de l’Ukraine qui ont gagné l’ouest du pays, les réfugiés qui quittent l’Ukraine et enfin, de plus en plus nombreux, les réfugiés qui reviennent".

Il décrit également une situation compliquée au niveau médical. "L’hôpital de Lviv, comme tous les grands hôpitaux du pays, accueille des centaines de blessés civils et militaires nécessitant une chirurgie de reconstruction très spécialisée."

La maison de l'Europe et un parc de la liberté inaugurés

C'est lors du deuxième jour de déplacement qu’a eu lieu le rendez-vous avec Vitali Klitschko et son frère jumeau, pendant le petit déjeuner en présence de l’ambassadeur de France. Le sénateur de l’Allier, avec la délégation composée également de quatre députés européens et de personnalités, a inauguré avec le maire de Kiev la Maison de l’Europe. Ils ont également rencontré les responsables de l’aide humanitaire de la capitale et visiter les souterrains qui servent aujourd'hui à dispenser des cours par internet aux enfants qui n'ont plus d'école, à travers le pays.

Les politiques français se sont ensuite rendus à Boutcha et Borodianka, pour s’entretenir avec les maires. Claude Malhuret explique ne pas avoir "encore la force" de relater les crimes commis dans ces deux villes. Des faits détaillés par les deux élus. A Boutcha, les six sénateurs ont inauguré le Parc de la Liberté, "en plantant, avec les enfants de la commune, douze "arbres de la Liberté"". Boutcha qui comptait 18 000 habitants avant la guerre, en compte aujourd’hui 3000, avec des réfugiés qui reviennent peu à peu.

Ils sont revenus à Kiev afin de rencontrer le directeur de Cabinet de Volodymyr Zelensky. Les échanges ont porté sur trois demandes les plus urgentes vis-à-vis de l’Europe. Comme l’explique Claude Malhuret, la première est celle de l’apport d’armes. La deuxième demande est la mise en place "des sanctions efficaces", avec l’arrêt du pétrole et du gaz russes, et le blocage de toutes les banques. Enfin, la dernière demande concerne la candidature de l’Ukraine à l’Europe, afin que celle-ci soit débloquée.

Un message adressé au Président de la République pour convaincre le chancelier allemand

Le directeur de Cabinet de Volodymyr Zelensky a aussi voulu adresser un message au président français, rapporté par Claude Malhuret. "La France nous aide, elle nous aiderait encore plus si vous parveniez à convaincre le chancelier allemand d’arrêter de freiner des quatre fers, alors même que l’opinion publique de son pays est très majoritairement en faveur des sanctions et de l’envoi d’armes."

Claude Malhuret est revenu de son déplacement, ce vendredi 22 avril. De ce voyage, il retient un pays demandant "avec une conviction inébranlable, sa participation à l’Europe. Un pays qui, démontre les armes à la main, qu’il ne combat pas seulement pour son indépendance, mais pour la sécurité de tout le continent au nom des valeurs européennes, la liberté, l’état de droit et la démocratie".