A Montluçon (Allier) comment les habitants vont être récompensés s’ils trient leur verre

A compter du 4 octobre, un nouveau système de collecte du verre va être mis en place à Montluçon et pour les communes de l’agglomération. Les habitants qui rapportent leur verre à un point de collecte gagneront des points, qui une fois cumulés, sont convertis en bons d’achat.

A partir du lundi 4 octobre, à Montluçon et dans 84 autres communes voisines, le SICTOM (Syndicat Intercommunal de Collecte et de Traitement des Ordures Ménagères) de la région montluçonnaise va mettre en place un nouveau système de collecte du verre. Il s’appelle Cliiink et son nom rappelle le bruit que fait une bouteille en verre quand elle tombe dans un container. Ce nouveau système va permettre de récompenser les habitants qui trient le verre. Rémi Borowiak, directeur du SICTOM de la région montluçonnaise explique : « Le système Cliiink est un outil innovant pour augmenter le tri sélectif en point d’apport volontaire. Il récompense chaque apport de bouteilles en verre sur les points d’apport volontaire d’un point. Ces points cumulés sont à échanger sur un site Internet contre des offres commerciales auprès de commerces locaux, du bassin montluçonnais, ou d’enseignes nationales ».

Avec seulement 10 à 20 points on peut déjà bénéficier de certaines offres donc c’est assez rapide 

Il poursuit : « En règle générale, un bon d’achat va demander 10 à 20 points, c’est-à-dire 10 à 20 bouteilles. On peut aussi apporter des bocaux en verre, des pots de yaourt en verre. Avec seulement 10 à 20 points on peut déjà bénéficier de certaines offres donc c’est assez rapide ». Pour le moment, le nombre de commerçants où l’on peut dépenser ses bons d’achats n’est pas définitif : « Le démarchage commercial a débuté la semaine dernière donc on n’a pas encore toute la liste des commerçants. Généralement, il y a une centaine d’offres qui sont disponibles et vous ne les retrouvez pas dans d’autres catalogues de promotion. Il s’agit d’un système connecté. Il faut avoir une connexion Internet pour pouvoir s’inscrire sur le site. Ensuite il y a deux solutions pour pouvoir bénéficier des points, soit via son smartphone soit via une carte que l’on obtient auprès du SICTOM »

Sensibiliser les habitants

Si ce nouveau système va être mis en place, c’est parce que le Montluçonnais n’est pas un bon élève en matière de tri. Rémi Borowiak souligne : « Sur notre territoire, on est un peu en déficit de collecte du verre. On est à 28 kg par an et par habitant alors que pour un territoire comme le nôtre la moyenne nationale est plus à 37 ou 38 kg. Ce sont 1 000 tonnes de verre qui chaque année partent dans les ordures ménagères, dont c’est dommage. De plus, on nous propose un système qui permet de récompenser le trieur, donc pourquoi s’en priver ? On parle beaucoup de la consigne mais ce n’est pas tout à fait ce système que certains ont pu connaître il y a des années. On revient un peu à ce système-là, pour récompenser le trieur ».

D'autres communes qui utilisent ce système

Une fois collectées, les bouteilles sont ensuite emmenées chez un verrier. Le verre est broyé, réduit en calcin, fondu et transformé en bouteille. Le système a déjà fait ses preuves dans d’autres communes : « Ce système a déjà été adopté à Limoges, Monaco, Grasse. Nous sommes les premiers dans la région Auvergne-Rhône-Alpes à suivre ce système. Il marche relativement bien là-bas. Les gens adhèrent : ceux qui triaient déjà leurs déchets ont continué et cela permet de motiver certaines personnes qui étaient encore réticentes. C’est quelque chose qui fonctionne ».

200 points de collecte équipés

Le SICTOM de la région montluçonnaise fonde de grands espoirs sur ce nouveau système : « Au niveau du SICTOM, on veut mettre en place des choses pour faciliter le tri au niveau des consommateurs. Il faut que cela ne soit pas trop compliqué, avec une rétribution. Cela fait longtemps qu’on nous demande d’inciter à la collecte du verre. On espère que les gens vont répondre présents à l’installation de ce système ». Sur le territoire du SICTOM, on compte 400 points de collecte. A partir du 4 octobre, 50 % de ces points de collecte seront équipés. Il y aura 200 systèmes qui seront installés pour cette année 2021. Le directeur espère pouvoir continuer l’année prochaine pour arriver à un taux d’équipement de 75 à 80 %.

Un investissement important

Le système Cliiink représente un gros investissement pour le syndicat intercommunal. Rémi Borowiak indique : « Il y a un coût qui n’est pas négligeable. Chaque système coûte 1 200 euros, auquel s’ajoute un coût de fonctionnement de 30 000 euros par an. Si l’on arrive à collecter 600 tonnes de verre supplémentaires par an, on sera à l’équilibre entre l’investissement et le fonctionnement. Ces 600 tonnes de verre ne seront pas enfouies. C’est quelque chose qui s’amortit très facilement et évite de mettre toute cette masse dans un centre d’enfouissement. On pense qu’on sera à l’équilibre assez rapidement ». Il précise : « Par rapport à un container classique, il n’y a absolument rien qui change. On a profité de la mise en place de ce système pour faire une remise en état et un lavage complet de toutes nos colonnes. Comme on assure nous-mêmes la collecte du verre, les équipes sont informées et on est prêts à accélérer les collectes si jamais on avait plus de verre à collecter ». Le SICTOM de la région montluçonnaise intervient sur 85 communes et représente 100 000 habitants répartis dans environ 35 000 foyers.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement déchets ménagers