Poubelles brûlées, vitrines brisées, magasins pillés et dévastés : nuit de chaos à Montluçon

Dans la nuit de samedi à dimanche, une quarantaine de jeunes ont attaqué des magasins à Montluçon dans l'Allier. Des scènes de chaos dans une ville de 35 000 habitants d'ordinaire tranquille. Un couvre-feu est mis en place dès le dimanche 2 juillet au soir.

Les émeutes semblent se calmer partout en France mais à Montluçon dans l'Allier, pour cette 5e nuit d’échauffourées, une quarantaine de jeunes ont souhaité entrer à leur tour dans la danse. De minuit jusqu’à 3h du matin, ils ont semé le chaos du côté de l’avenue de la République et de la zone commerciale Saint-Jacques.

La mairie avait eu vent que des rassemblements se préparaient. Elle a activé son centre de surveillance urbaine en prévention. Deux personnes ont surveillé les caméras et enregistrer les images.

Le soir, des élus sont allés sur le terrain et vers 23h40, le maire est alerté que la première poubelle a brûlé avenue de la République. Lorsqu’il arrive sur place, des habitants sont en train de l’éteindre et de nettoyer la route jonchée d’objets. Frédéric Laporte, accompagné d’élus, retrouve le groupe : une quarantaine de jeunes, « très énervés, tous masqués », relate le maire. « Ils m’ont reconnu et les insultes ont commencé à fuser. Une pluie de cailloux s’est mise à tomber. Je leur ai demandé de poser leurs masques et de venir discuter avec moi. »

"Faits pour tuer !"

En réponse, le maire est visé par un tir de mortier qui passe à côté de lui. Un élu d’une soixantaine d’années, en revanche, est touché par une pierre à la tête. Le maire et ceux qui l’accompagnent se réfugient chez un boucher qui prodigue les premiers soins à l’élu touché à la tête. Il sera hospitalisé jusqu’à ce dimanche matin. « C’étaient des cailloux faits pour tuer ! », assure Frédéric Laporte. « C’étaient des pierres de 300 à 400 grammes de la taille d’une main. »

Les jeunes ont ensuite brûlé des poubelles, brisé des vitrines. Rue du 1er mai, ils s’en sont pris à une voiture qu’ils ont retournée et brûlée. Près de l’église Saint-Paul, ils se sont servis de matériel de chantier pour affronter la police et les gendarmes venus en renfort.

Scène de pillage

Ils se sont ensuite dirigés vers le centre commercial Saint-Jacques, ils ont brisé des vitrines. Ils ont réussi à s’introduire dans le magasin Intersport et l’ont pillé. Huit jeunes ont pu être interpellés à ce moment-là. De jeunes majeurs, originaires des quartiers de la Verrerie et de Pierre-Leroux.

Les émeutiers ont encore pillé une pharmacie, brûlé une auto-école ainsi que les locaux d'une association d'aide à domicile. « Quand on découvre ça à 2h30 du matin, cela met un coup moral. » Denis Aufèvre, le propriétaire de la pharmacie, fait face au saccage de son commerce qui est complètement retourné. « Je ne comprends pas pourquoi on s'attaque à un lieu de santé. Pourquoi à Montluçon ? Une ville traditionnellement tranquille ? Même si on sait qu'il y a de petits soucis comme toute ville moyenne. C'est un tel déchaînement de vandalisme ! Je ne m'attendais pas à ça...»

Couvre-Feu

Les échauffourées se sont terminées vers 3h du matin. La police, au départ au nombre de 8 agents a été renforcée au fur et à mesure de la nuit. La police de Moulins, la gendarmerie de Montluçon et de Commentry, ainsi que le PSIG, sont venus prêter main forte. Au total, 35 policiers et gendarmes étaient sur le terrain cette nuit.

La mairie décrète un couvre-feu de 4 jours  à partir de ce dimanche 2 juillet 2023 au soir.