La fermeture de “Philosophie gourmande” entraîne un vaste élan de solidarité

© Pascal Franco - France 3 Auvergne
© Pascal Franco - France 3 Auvergne

Les gérants de la pâtisserie installée au coeur de l'agglomération moulinoise ont annoncé le dépôt de bilan de leur commerce en direct jeudi sur Facebook. Depuis, les messages de soutien affluent de toute la France et une cagnotte en ligne a été créée pour aider le couple à éponger ses dettes.

Par Anne-Claire Huet

« Salut à tous, c’est Sophie Robert de Philosophie gourmande. Ce matin petit direct pour vous annoncer une pas très bonne nouvelle : nous arrêtons notre entreprise ». C’est par ce message vidéo diffusé jeudi sur Facebook que la responsable de l’enseigne « Philosophie gourmande » en plein centre-ville de Moulins a annoncé à ses clients la fermeture définitive de son commerce ce samedi soir. En trois jours, la vidéo a été vue plus de 26 000 fois et partagée par plus de 200 personnes entraînant dans son sillon un immense élan de solidarité.

Crise économique et dettes

L’aventure commence il y a neuf ans pour « Philosophie gourmande » créée par Sophie et Philippe Robert. Lui est chef pâtissier de formation, elle a travaillé de nombreuses années dans le tourisme et la restauration. Après avoir vécu à Paris et à Lyon, ils souhaitent revenir s’installer « au vert » là où Sophie a grandi. Leur idée ? Créer des gâteaux de voyage, des gâteaux sans crème ni mousse qu'on peut emporter partout et conserver plusieurs jours, avec des produits locaux. « On a démarré de rien, de zéro, explique Sophie, on faisait partie des rares qui pensions qu’avec une bonne idée, on pouvait démarrer ». Ils ont d’abord sillonné l’Allier en vendant leurs gâteaux sur les foires, les marchés. Puis dans la foulée, ils montent leur site de vente en ligne, se tournent vers la vente aux professionnels.

Mais « au fur et à mesure, la crise a commencé à se faire sentir sur la fréquentation des manifestations et des marchés où on avait notre stand », raconte Sophie. Alors en 2014, le couple décide de changer de stratégie et d’ouvrir une boutique dans la rue principale de Moulins. « On a voulu embaucher du personnel pour se développer », développe la responsable. Malheureusement, avec le contexte de crise économique et les attentats, « le chiffre d’affaires a baissé alors que les charges du personnel étaient énormes », poursuit-elle. Ils ont donc dû licencier leur personnel en janvier 2016. Les difficultés n’ont ensuite fait qu’empirer, les dettes se sont accumulées. Si bien qu’ils ont été contraints de retirer un dossier de dépôt de bilan auprès du tribunal de commerce la semaine dernière. Celui-ci doit être examiné mardi matin.

Un vaste élan de solidarité

Jeudi, Sophie s’empare donc de son téléphone et commence à se filmer en direct. L’idée, explique-t-elle, « c’était d’écouler le stock de marchandises pour qu’il ne finisse pas à la poubelle » et « d’annoncer directement aux clients avec qui s’est tissé une relation particulière la fin de l’aventure ». Très vite, elle est dépassée par l’ampleur que prend la vidéo. Les clients affluent de tout le département. Comme Michel et sa femme qui suivent le couple depuis le début. « Quelque part, ça nous fait mal au cœur de voir qu’après tous ces efforts on en arrive à une fermeture », soupire Michel, « c’est vraiment désolant pour ces commerçants qui ont travaillé aussi fort et aussi longtemps ».

En trois jours, le stock est entièrement vendu et une cagnotte en ligne est créée pour venir en aide aux deux gérants. « C’est fabuleux ! », s’émeut Sophie. Pourtant, l’avenir s’annonce compliqué pour le couple. « On est une entreprise individuelle donc quand on arrête, on n’a pas de salaire qui rentre et on n’a pas de le droit au chômage », expose Sophie Robert.

Un taux de vacance commerciale de 15% à Moulins


Cette fermeture en plein centre-ville de Moulins n’est pas un cas isolé. En dix ans, la ville a perdu près de 20% de ses commerces selon la CCI, rapporte le journal La Montagne. Rien qu’en 2014-2015, ce sont 24 magasins qui ont mis la clé sous la porte. Et selon une étude réalisée par Procos, fédération du commerce spécialisé, Moulins fait partie des villes les plus touchées par la vacance des locaux commerciaux, avec plus de 15 % de magasins vides.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Lyon - Eurexpo : l'entreprise ardéchoise Frappa au salon Solutrans

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne