Quand ce petit village d’Auvergne était le centre de l’Europe

Depuis sa création, l’Europe a pris pour habitude de désigner le centre géographique du continent européen. Plusieurs critères sont retenus pour indiquer les lieux. Dans l’Allier, après Saint-André-le-Coq, c’est Saint-Clément qui est devenu centre de l’Europe des 12, en 1990. Il reste encore des vestiges qui disparaissent petit à petit.

La chute du mur de Berlin en 1989 va changer la vie de ce petit village. Saint-Clément, dans l’Allier, devient le centre de l’Europe des 12. De quoi décontenancer le maire de l’époque, Martial Roche, interrogé en 1990 : « Au début, j’ai dit « Non, ce n’est pas vrai, c’est un canular ». J’ai même failli raccrocher le téléphone en disant « Je crois que vous vous fichez de ma figure » ! »

Des souvenirs plein la tête

Jean-Paul Burnol était alors président du comité des fête. Il se souvient de cette folle époque où Saint-Clément, 312 habitants, a attiré l’attention des médias du monde entier. La BBC l’a particulièrement marqué : les journalistes se sont littéralement invités chez lui, à leurs risques et périls, se souvient-t-il : « Ils étaient bien contents, bien sympas, et je leur ai fait goûter de l’eau de vie de prune. Ils ont particulièrement aimé. Je ne vous dit pas, le soir, pour aller filmer le match sur le terrain de foot... Le preneur de son n’était pas très chouette. Mais bon, ça s’est bien passé quand même ! »

durée de la vidéo : 00h02mn23s
Depuis sa création, l’Europe a pris pour habitude de désigner le centre géographique du continent européen. Plusieurs critères sont retenus pour indiquer les lieux. Dans l’Allier, après Saint-André-le-Coq, c’est Saint-Clément qui est devenu centre de l’Europe des 12, en 1990. Il reste encore des vestiges qui disparaissent petit à petit. ©R.Ho A Chuck/J.Boscq/A.Cretin/ France 3 Auvergne

A l’époque, on ne fait pas les choses à moitié. La municipalité se lance dans la construction d’un bâtiment inauguré en 1992. L’inauguration a été mouvementé avec une manifestation d’agriculteurs contre la réforme de la Pac en 1992. « Il y a eu des manifestations tout du long. On avait mis des barrières pour qu’il ne traversent pas le pont. Quand les officiels sont arrivées, il y a eu quelques huées », se souvient Jean-Pierre Burnol. 

Des habitants partagés

La construction a connu des jours meilleurs notamment à l’époque du vote au référendum de Maastricht. Les télévisions sont revenues et Marie-Louise, la cafetière, rêvait en un monde meilleur. « Je ne demande qu’une chose, c’est que tout le monde soit d’accord maintenant, que la vie soit plus belle, que ça continue toujours, que tout le monde soit bienheureux et que tout le monde s’entende, c’est tout. »

Surprise, le centre de l’Europe refuse l’Europe, comme cette habitante en 1992 : « J’aurais cru que le Oui allait sortir à Saint-Clément, mais c’est le Non. Il n’y a que 2 voix d’écart ! » Il reste encore des souvenirs dans les cartons et perdus dans la végétation. Le bâtiment se dégrade mais la borne IGN et la plaque résistent encore. En 1995, Saint-Clément n’est plus le centre de l’Europe.  Ce sera Viroinval en Belgique.

-Propos recueillis par Romy Ho-A-Chuck pour France 3 Auvergne

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité