En janvier dernier, Elias Kanfouah est devenu champion du monde de savate chez les moins de 60 kg. Entraîné à Cusset, près de Vichy, ce jeune boxeur inspire par son goût pour les choses simples et par sa motivation sans faille.

Il enchaîne les victoires et les titres, avec pas moins de 47 combats pour 43 victoires. Elias Kanfouah est devenu en janvier dernier champion du monde de savate chez les moins de 60 kg. Aussi appelée boxe française, la savate a la particularité d'autoriser les coups de pied, contrairement à la boxe anglaise.

Licencié au Boxing Club Cussétois (Allier), Elias est l'héritier d'une dynastie de boxeurs : les Kanfouah. Après Ali, un père multiple champion de France et champion du monde de savate, le fils Elias impose son règne.

durée de la vidéo : 00h03mn20s
En janvier dernier, Elias Kanfouah est devenu champion du monde de savate chez les moins de 60kg. Entrainé a Cusset, à une soixantaine de Kilomètres au sud de Moulins, dans l'Allier, ce jeune boxeur inspire par son goût pour les choses simples et sa motivation sans faille. ©Laurent PASTURAL / Romain LELOUTRE / France 3 Auvergne-Rhône-Alpes


"C'est quelqu'un qui a une très bonne liaison poings pieds et qui sait varier les lignes, le complimente Ali Kanfouah, son père et entraîneur. En bas, en haut... l'adversaire ne sait jamais d'où peuvent venir les coups. Il manque juste encore un peu de praline."

Champion du monde à 24 ans

Son palmarès est long comme le bras. À seulement 24 ans, Elias est notamment septuple champion France de savate, vainqueur des World Combat Games en 2023. Le 27 janvier dernier, il est même devenu champion du monde chez les moins de 60 kg. Une consécration. "Pour ce titre, il y avait mon père, ma famille et mes amis qui sont venus pour me soutenir, se souvient Elias, des étoiles dans les yeux. Quand on dit vouloir devenir champion du monde à 10 ans et que ça finit par arriver, on ne peut qu'être fier. C'est vraiment un symbole pour moi."

Depuis ses débuts en boxe à l'âge de 8 ans, Elias est coaché par son père, mais pas question d'être tendre. C'est dans la souffrance et dans l'exigence que naît un champion. "C'est vrai qu'il est dur avec moi, mais il sait que si je fais ça, c'est parce que j'en ai la volonté. Il voit que je suis sérieux à l'entraînement, donc à partir de là, la relation est saine."

Déjà quand il était dans la catégorie Junior, j'ai vu qu'il ne lâchait rien.

Ali Kanfouah, père et entraîneur d'Elias Kanfouah

Lors de son dernier combat en Kick boxing, Elias a perdu une de ses ceintures. Une défaite par KO au second round. Le Cussétois n'a pas tenu son adversaire à distance, une erreur payée cash. "Elias perdra encore des matchs, tout le monde en perd, même les grands champions comme Mike Tyson, relativise son père. Après, l'objectif est d'en perdre le moins possible, c'est ça le sport."

Un jeune homme simple et attachant

Quand il n'est pas sur le ring, Elias aime se détendre, entouré de ses trophées dans sa chambre, en jouant aux jeux vidéo. Malgré son talent, le boxeur ne vit pas de sa discipline. Il gagne de l'argent avec ses combats et ses sponsors mais travaille à côté dans la grande distribution. En somme, un jeune homme plutôt discret et adepte d'un mode de vie simple. "Je ne suis pas quelqu'un qui sort énormément, je préfère jouer chez moi aux jeux vidéo ou voir mes copains au restaurant, tout simplement."

Autour d'un verre, il retrouve un certain Charles Henri Bronchard, ancien capitaine emblématique de la JAV (Jeanne d'Arc Vichy). Les deux athlètes s'apprécient depuis plusieurs années et l'ex-basketteur est même admiratif du jeune Cussétois. "Lui aimait beaucoup le basket et moi beaucoup la boxe, donc on a vite sympathisé, explique Charles Henri Bronchard. Il est beaucoup plus jeune que moi, mais je lui souhaite le meilleur. Je vois toute la passion et la rigueur qu'il met au quotidien." L'admiration est partagée. "C'est une certaine fierté pour moi, car je le considère aussi comme un grand frère, explique Elias en retour. L'entendre dire ça de moi, sachant qu'aujourd'hui il est devenu coach, ça me fait du bien et c'est encourageant."

Rendre fier son père et ses amis, boxer les meilleurs athlètes ou encore rafler les plus grands titres, l'héritier des Kanfouah a des rêves plein la tête et du talent plein les gants. Son prochain match se tiendra le 1er juin prochain à la maison des sports de Cusset pour un grand gala multiboxe.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité