Vichy : comment le lac d’Allier va pouvoir retrouver son niveau habituel

Après la rupture d'une vanne du pont-barrage de Vichy fin juin,il faudra attendre la mi-août pour voir le lac d'Allier revenir à son niveau habituel. Pour ce faire, d'importants travaux sont en cours dans la cité thermale.
A Vichy, le lac d'Allier devrait retrouver son aspect habituel d'ici la mi-août.
A Vichy, le lac d'Allier devrait retrouver son aspect habituel d'ici la mi-août. © C.Genet/FTV

C’est un triste spectacle qu’offre le barrage de Vichy, ce vendredi 9 juillet : comme un trou béant au milieu et l'eau qui coule, irrémédiablement, vidant le lac d'Allier. Après 10 jours de cette marée basse involontaire, liées aux violentes intempéries survenues au mois de juin, le plan d'attaque est défini, comme l’explique Frédéric Aguilera, maire de Vichy : « La décision prise à ce stade est d’accélérer les travaux sur la vanne numéro 7 pour ensuite déplacer les dispositifs de protection sur la vanne numéro 6 et donc pouvoir tout remettre en eaux. Tout ce processus de travaux devrait se terminer fin juillet voire tout début du mois d’août, pour avoir une remise en eaux et un retour à la normale du plan d’eau aux alentours du 15 août. »

Le barrage sur l’Allier retient la rivière via sept clapets, qui s’ouvrent et se ferment au besoin. « Nous avons eu un problème sur un des sept clapets du barrage. Le numéro 6 s’est affaissé dans la nuit, inopinément, il s’est éventré, déplorait Bruno Tuizat, directeur du service technique de la ville de Vichy, au lendemain des intempéries. La structure a lâché. Ce clapet conduit à la vidange complète du plan d’eau. » La vanne, qui datait des années 1960, devait être changée en septembre.

Un lac utile en période de sécheresse

Le lac d'Allier est un atout touristique pour Vichy et un grand terrain de jeu pour les sportifs. C'est aussi une réserve, liée aux nappes phréatiques souterraines, qui alimente les réseaux d'eau potable jusque dans la montagne bourbonnaise. « C’est extrêmement important pour nous de remettre en eau le plus rapidement possible, tout d’abord pour sécuriser les dispositifs biens et personnes mais aussi et avant tout pour sécuriser notre prise d’eau, c’est-à-dire l’eau potable. Il est extrêmement important, surtout l’été, que nous puissions alimenter correctement notre usine d’eau de Bellerive, notre usine d’eau de Vichy, car ce sont aussi des usines d’eau qui viennent en relai des autres communes quand il y a des problématiques de sécheresse », indique Frédéric Aguilera.

Un coup dur pour les guinguettes

En attendant la remise en eau du lac, ce sera régime sec pour les plages. Les guinguettes vont devoir patienter et se réinventer. « Ce mois et la saison vont être compliqués. C’est vrai qu’on a déjà été impactés un petit peu par le Covid en début de saison, on a eu une ouverture un peu tardive et là, il va falloir se réadapter. Cette année, on va espérer que tout se passe bien et au moins de tomber à l’équilibre et on espère que ça ira mieux l’année prochaine », affirme Ludwig Combaret, responsable du Bar de la plage. Le lac d'Allier devrait être prêt pour accueillir les 1 500 triathlètes de la compétition sportive Ironman le 22 août prochain.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
intempéries météo tourisme économie