Ardèche : après avoir "tout perdu" lors d'un cambriolage, des créateurs de bijoux se relancent grâce à la solidarité

40 000 euros, c'est le préjudice estimé suite au cambriolage de la Fabrique de bijoux à Saint-Martin-de-Valamas en Ardèche. Ne restant absolument plus rien, une cagnotte en ligne a été lancée pour aider à relancer l'activité des deux créateurs de bijoux.

 

Aurore Klein, créatrice de bijoux; ici en train de faire fondre de l'argent, a été victime d'un cambriolage dans son atelier. Son préjudice est évalué entre 35 et 40 000 euros.
Aurore Klein, créatrice de bijoux; ici en train de faire fondre de l'argent, a été victime d'un cambriolage dans son atelier. Son préjudice est évalué entre 35 et 40 000 euros. © Francetv.fr

"Au-delà̀ de l’énorme l’impact économique qui va très probablement me coûter mon entreprise, il y a aussi l’aspect sentimental des bijoux qui, pour certains, étaient des bijoux de familles " témoigne Aurore Klein sur la page de la cagnotte en ligne montée pour l’aider, elle et Antoine Velsch, à relancer leur activité.

Dans la nuit du 26 au 27 mai 2021, les deux créateurs implantés dans la Fabrique à Bijoux, à Saint-Martin-de-Valamas en Ardèche, sont victimes d’un cambriolage. Préjudice : de 35 à 40 000 euros pour Aurore et 3 000 euros pour Antoine. S’étant absolument tout fait voler (matières premières, commandes en cours et produits à la vente) et n’ayant pas de trésorerie, les deux artisans se retrouvent sans aucune base pour relancer leur activité.

Dégoutée, Aurore montre une boite carré de 20 cm de côté : "Ça normalement s'était rempli d'argent. Maintenant, il n’y a plus rien. Il n’y a plus qu’à reconstruire.

Un tsunami de gentillesse

Les problèmes s'accumulent pour Aurore et Antoine. Ayant débuté leur activé en 2018, ils ne touchent pas "d'aides covid" de la part de l'Etat. La crise sanitaire ayant également très fortement impacté leur activité, c'est leurs entreprises respectives qui risquent la faillite. 

Alors, la solidarité ne s'est pas fait atteindre. Lancée dans la foulée, la cagnotte enregistre aujourd’hui plus de 11 000 euros de dons de la part de près de 200 participants. "C’est un tsunami de gentillesse, réagit Aurore Klein, des centaines de personnes qui se sont joints à ce que je ressentais, parfois plus en colère que moi et qui sentaient cette injustice au fond d’eux."

Deux paliers étaient visés pour la cagnotte : un premier, réussi, à 10 000 euros afin "de reconstituer un petit stock de matières premières essentielles au travail de joaillerie (or, argent, pierres précieuses...) et qui ont un coût certain, avec lequel les commande en cours pourraient être réfaites et honorées" est-il écrit sur la page en ligne.

"C’est absolument dingue. Cette somme va me permettre de dire à mes clients ‘oui c’est bon, je peux travailler, vous pourrez avoir ce que vous avez commandé et je pourrai honorer votre confiance.' Pour moi, c’est quelque chose d’énorme", confie-elle.

Un second palier à 15 000 euros leur permettrait de pouvoir recréer un stock de vente et reprendre sereinement leur activité tout en pouvant re-envisager un projet d’installation commune. L’Atelier à Bijoux où ils travaillent actuellement étant une pépinière à entrepreneurs, ils devront prochainement céder leur place. 

France 3 est allé à la rencontre d'Aurore Klein après le cambriolage. Un reportage qui permet de mieux comprendre ses sentiments et son univers. 

durée de la vidéo: 01 min 41
de reconstituer un petit stock de matière premières essentielles au travail de joaillerie (or, argent, pi

Des gestes de solidarité d'autant plus appréciés par Aurore Klein. Depuis septembre 2020, son mari se forme à la confection de bijoux pour travailler avec elle. Avec deux enfants à charge, c'est toute la petite famille qui se retrouvait sans ressource. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers solidarité société social économie