Ardèche : une fois encore, la sécheresse met à mal les agriculteurs

Maël Royé, maraîcher sur Rosières dans ses serres de tomates / © Eloïsa Patricio/ France 3 Rhône-Alpes
Maël Royé, maraîcher sur Rosières dans ses serres de tomates / © Eloïsa Patricio/ France 3 Rhône-Alpes

Avec deux épisodes de canicule, l'été 2019 fût particulièrement chaud. Dans le sud Ardèche, la chaleur et le manque de pluie rendent les exploitations agricoles exsangues et les inquiétudes se font vraiment sentir. 

Par Nicolas Ferro

A Rosières, au domaine de Mercoire où l'on produit des légumes biologiques, les fortes chaleurs de l'été ont rendu le travail compliqué. L'arrosage a pris beaucoup de temps et les cultures ont été décalées : le haricot se cueille seulement maintenant, il a un mois de retard et les tomates végètent, elles ne rougissent pas vraiment. A cause de la chaleur, le domaine de Mercoire accuse une baisse de production de 15 % par rapport à une année correcte. 
 
Les tomates dans les serres / © Eloïsa Patricio/ France 3 Rhône-Alpes
Les tomates dans les serres / © Eloïsa Patricio/ France 3 Rhône-Alpes


Maël Royé : "Si il y a un stress hydrique trop important, les légumes seront plus petits et on va perdre aussi en qualité. La plante va perdre en vigueur et en feuillage qui la protège".

Les légumes de la saison automnale vont connaître également du retard car il est impossible pour le moment de planter les graines dans un sol trop sec.
 
Des châtaignes du côté de Saint-Andéol-de-Vals / © Eloïsa Patricio/France 3 Rhône-Alpes
Des châtaignes du côté de Saint-Andéol-de-Vals / © Eloïsa Patricio/France 3 Rhône-Alpes

Plus au nord, du côté de Saint-Andéol-de-Vals, la récolte des châtaignes approche à grand pas et les inquiétudes se révèlent au grand jour. S'il ne pleut pas dans les prochains jours, la récolte des châtaignes sera compromise. Sur les arbres, les feuilles se recroquevillent sur elles-mêmes et les bogues présentent déjà un calibre insuffisant par rapport à la normale. A cause du manque d'eau, les châtaignes démarrent leur maturité en détresse, un seul fruit sur les trois à l'intérieur de la bogue grossira et aura un calibre suffisant pour être commercialisé. 
 
A l'intérieur d'une bogue / © Eloïsa Patricio/France 3 Rhône-Alpes
A l'intérieur d'une bogue / © Eloïsa Patricio/France 3 Rhône-Alpes


Arnaud Misset : " Depuis cinq ans, on connaît des années vraiment sèches... à quoi bon bon planter de nouveaux arbres... c'est sur la pérennité de la châtaigneraie ardéchoise que l'on s'interroge aujourd'hui ".

La météo prévoit de la pluie en milieu de semaine prochaine... Les agriculteurs l'attendent avec impatience, les yeux rivés au ciel.
 

Sur le même sujet

Lutte contre le Cancer du sein

Les + Lus