En Ardèche, un jardin agroécologique forme des citadins en quête de changement

L'association Terre et Humanisme propose différentes formations en jardinage agroécologique. En 2019, elle a formé 373 stagiaires et 110 bénévoles en France. Dont beaucoup de citadins.

Des apprentis travaillent la terre dans le potager "Le Mas de Beaulieu" le 20 août 2020 à Lablachère, en Ardèche.
Des apprentis travaillent la terre dans le potager "Le Mas de Beaulieu" le 20 août 2020 à Lablachère, en Ardèche. © Philippe DESMAZES/AFP
Il y a 25 ans, la terre du Mas de Beaulieu (Ardèche) était "dure et pauvre". Aujourd'hui, c'est un jardin verdoyant qui prouve que l'agroécologie fonctionne selon l'association Terre et Humanisme. Un message qui séduit de plus en plus de citadins.
En acquérant le Mas de Beaulieu, l'association, dont Pierre Rabhi est le président d'honneur, voulait "partir du sol le plus ingrat possible. Le but était de montrer que l'agro écologie pouvait en améliorer sa structure et sa capacité à retenir l'eau", explique Olivier Hébrard, un de ses experts.
L'agroécologie se cale sur la vie des sols et les cycles de la nature. Démonstration, bêche à l'appui: Olivier sort du Mas et tente de creuser le sol d'une parcelle alentour. En vain. De retour au Mas, au contraire, la bêche s'enfonce. "C'est une structure façon couscous, très riche en matière. Ça sent l'humus", dit-il en y plongeant ses mains, vite entourées par quelques vers de terre.

Quelle différence entre les deux parcelles ? "Vingt-cinq ans de bonnes pratiques mises bout à bout" dans ce jardin laboratoire à la surface utile de 600 mètres carrés. L'association y teste régulièrement de nouvelles techniques de permaculture. Par exemple les paillages en laine pour protéger le sol ou les engrais verts, constitués de mélanges de plantes.
Tout un savoir à transmettre: l'association prodigue diverses formations, à destination de particuliers et de professionnels, à l'étranger et en France. En 2019, elle a formé 373 stagiaires et 110 volontaires dans l'Hexagone.

Les "plantes sont comme nous"

Au programme aujourd'hui: la récolte des semences.
"J'ai pu voir la différence entre une fleur mâle et femelle, et l'astuce pour les polliniser soi-même alors que j'ai eu beaucoup de problèmes avec mes courgettes cette année", se réjouit auprès de l'AFP Ludovic Ledard, jardinier à la retraite.
"C'est super car on se rend compte que les plantes sont comme nous : elles ont besoin d'un environnement sain sinon elles se développent moins bien", abonde Anaïs Breda, 32 ans, avant de confier être "épuisée" par la ville, "polluée et bruyante".
Après le confinement, cette responsable d'une boutique de parfums naturels à Lyon, a pris sa voiture et une tente pour "tout quitter et vivre une expérience inspirante", comme "avoir son petit jardin".

Effet de mode ou tendance lourde ?

Selon Virginie Sanchez, coordinatrice des formations, "l'effet confinement" a accéléré "l'évolution des mentalités" déjà en cours vers des modes de vie alternatifs, alors que "dans les années 2000", avoir une conscience écologique était perçu comme "un radicalisme total".

"Coller avec la réalité"

Réunis dans un jardin partenaire proche du Mas, dix stagiaires, dont une dessinatrice en bâtiment, une commerciale, un électricien ou encore un plombier, suivent un cours sur les plantes comestibles.
"Retenez le pourpier", indique le formateur Stéphane Jansegers, "il est facile à reconnaître et il peut remplacer le poisson car il a beaucoup d'oméga 3".
Le cours s'inscrit dans un stage de cinq jours intitulé "Cheminons vers l'autonomie", qui doit permettre aux stagiaires de "réfléchir à leurs objectifs" et de "faire coller leurs envies avec la réalité", explique Stéphane Jansegers.
La réalité pour Axelle Ciofolo, stagiaire de 35 ans ? "Rien acheter est impossible". Cette ancienne employée dans la restauration rapide à Alès, désormais productrice de plantes médicinales en Ardèche, s'est longtemps "mis une pression énorme sur le potager". Mais au bout de "deux ans de processus", elle s'est "rendue compte que des choses ne marchaient pas, que ça prenait du temps".
"Pas grave: à chacun son degré d'autonomie, et il faut que ça reste un plaisir", analyse-t-elle, expliquant avoir renoncé à produire son fromage, les chèvres représentant "trop de contraintes".

Pour Sandrine Favari, commerciale dans une multinationale, "la réalité" est un jeu d'équilibriste entre projets personnel et professionnel. Pendant le confinement, la Montpelliéraine de 42 ans a réalisé ne plus vouloir vivre "entourée de béton, de feux rouges et de consommation à outrance".
Elle qui avait la sensation de "ne plus rien apprendre" au travail, a décidé de "migrer à la campagne" et a acheté un hectare de terrain pour y installer un potager. Cette perspective lui redonne tant le moral qu'elle dit de nouveau "adorer" son métier.
    
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie agriculture bio agro-alimentaire ruralité société jardinage loisirs sorties et loisirs jardins nature