Ardèche : les migrants des Vans sont inquiets de leur avenir

Au café, migrants habitants des Vans / © France 3
Au café, migrants habitants des Vans / © France 3

Certains migrants arrivés aux Vans en décembre 2016 sont concernés par la procédure de Dublin. Ce qui veut dire une reconduite dans le pays par lequel ils sont rentrés pour la première fois en Europe soit l'Italie. Pour eux, c'est l'incompréhension et une inquiétude chevillée au coprs. 

Par Nicolas Ferro

Selon la procédure de Dublin, c'est au pays dans lequel le migrant est entré sur le continent européen à faire la demande d'asile. Pour la moitié des migrants arrivés aux Vans en décembre 2016 le pays d'entrée est l'Italie. Depuis cet été, l'inquiétude grandit chez les résidents du centre d'accueil et d'orientation des Vans (CAO) car la préfecture de l'Ardèche a fait savoir qu'elle allait mettre en application la fameuse procédure. 

Depuis, l' inquiétude est difficile à vivre pour ces jeunes hommes venus d'Afrique de l'est ou de l'ouest. A nouveau, la peur les tenaille et les freine dans leur intégration à la société française. L'espoir d'un avenir meilleur s'étiole.

Cette inquiétude est également partagée par la population locale qui a tissé des liens avec eux au cours de ces dix derniers mois. Tous ces jeunes hommes apprennent le français. Certains jouent dans le club de foot local, d'autres font de la peinture dans un atelier d'art, quelques uns sont même investis dans des associations caritatives. Tous participent à des fêtes qui sont organisées pour améliorer leur intégration aux Vans. Le dimache 17 septembre dernier, une opération de don de vélos était organisée pour faciliter leur mobilté dans la ville.

Ibrahim sur son vélo aux vans / © France 3
Ibrahim sur son vélo aux vans / © France 3


Pour ces résidents, la reconduite en Italie n'est pas envisageable. Le pays est déja saturé par l'arrivée massive de migrants, cette reconduite en Italie signerait pour eux un retour dans leur pays. En d'autres termes, un échec, un arrêt de mort. Un retour à la clandestinité n'est pas non plus souhaitable.

Un collectif de soutien s'est rapidemment monté pour essayer de contrecarrer cette décision préfectorale. Vous pouvez les suivre sur facebook. Le collectif des Vans en appelle à d'autres collectifs pour unir ses forces dans leur soutien aux migrants. Vous pouvez aussi les joindre à cette adresse : msauxresidentsducao@gmail.com


Ardèche: Situation des migrants aux Vans
la petite commune des Vans en Ardèche (2600 habitants) accueille depuis décembre dernier un CAO, un centre d'hébergement pour migrants. une centaine d'hommes y vivent, dans l'attente, ils l'espère, d'un statut de réfugiés. mais au bout de quelques mois certains se sont vus signifier par les autorités qu'ils devaient retourner en Italie, pays par lequel ils sont arrivés en Europe, pour faire leurs démarches. C'est l'effet du règlement européen "Dublin". La moitié des résidents du centre des Vans sont concernés, mais les habitants de la commune, avec qui la cohabitation se passe bien, s'y opposent, et viennent de monter un collectif. Reportage de Vanessa Fize et Nicolas Ferro

 

Sur le même sujet

Lyon - L'association ALERTE fête ses 40 ans

Près de chez vous

Les + Lus