En Ardèche, le safari de Peaugres poursuit son projet de cabanes perchées malgré la crise Covid

En Ardèche, le safari de Peaugres a portes closes depuis la fin octobre, comme tous les parcs animaliers de France. Un coup dur qui n'a pas empêché d'investir en vue de la réouverture et de jours meilleurs : des éco-lodges sont en phase de construction pour accueillir touristes et visiteurs. 

Des cabanes perchées sont en cours de construction au sein du safari de Peaugres. Ce projet d'hébergement touristique a été maintenu, malgré la crise sanitaire Covid.
Des cabanes perchées sont en cours de construction au sein du safari de Peaugres. Ce projet d'hébergement touristique a été maintenu, malgré la crise sanitaire Covid. © FTV

Des coups de marteau et d'agrafeuse se font entendre au coeur du bois. Vingt cabanes sont en cours de construction, au sein du safari de Peaugres. Certaines en sont déjà au stade des finitions intérieures. Ces éco-lodges sont destinés à accueillir les touristes et visiteurs du parc animalier ardéchois. Un projet d'offre hôtelière qui fait du bien au moral de toute l'équipe. Et qui se veut une marque de confiance en de jours meilleurs, alors que le parc est fermé au public depuis des mois pour cause de crise Covid.

"C'était le moment de le faire"

En lisière du parcours de visite du safari de Peaugres, le projet de cabanes perchées a déjà bien pris forme. Malgré une baisse de 20 % de la fréquentation en 2020 et une fermeture administrative depuis 5 mois liée à la crise sanitaire, il n'était pas question de renoncer. Christelle Vitaud, la directrice du site, est catégorique sur le sujet : "je crois que quand on est au fond, que l'on tape du pied, on remonte d'autant mieux".

Ce projet de logement touristique haut de gamme, au coeur du parc animalier, "était dans les tuyaux depuis un moment" confie Christelle Vitaud. Imaginez-vous donc, passer une nuit insolite, au milieu des bois, juste au-dessus des ours noirs et des loups arctiques. "On avait une demande de la part de nos visiteurs depuis plusieurs années", confie la directrice, désormais encore plus confiante en l'avenir. 

Je pense qu'il va y avoir un vrai besoin pour tout le monde de ressortir, de retrouver ce côté nature, d'être en immersion partagée en famille. C'était le moment de le faire. (...) Cela va correspondre à une demande, forcément. 

Christelle Vitaud, directrice et vétérinaire au safari de Peaugres

"Besoin de se projeter dans l'après"

Comme tous les parcs animaliers de France, le safari de Peaugres est fermé au public depuis maintenant cinq mois. "C'est vrai qu'au niveau du moral, c'est un peu compliqué pour nous", poursuit Christelle Vitaud. "On est un lieu de rencontre avec le public. Là, ça fait un certain nombre de mois que l'on en a pas vu. Notre coeur de métier, certes, c'est l'animal mais c'est aussi la personne qui vient partager son émotion avec nous. Et là, il nous manque la moitié de notre activité".

Dans ces conditions, le maintien du projet d'éco-lodges fait du bien. 

De travailler sur un projet hyper motivant, qui va plaire et qui va correspondre à nos valeurs, ça nous permet aussi de passer ce cap un petit peu difficile. C'est très bon pour le moral des troupes.

Christelle Vitaud, vétérinaire et directrice du safari de Peaugres

Malgré le prêt garanti par l'État et les aides des collectivités locales, le coût mensuel d'entretien du safari de Peaugres avoisine les 250.000 euros. Pour le deuxième site touristique du département d'Ardèche, une réouverture au public serait plus que bienvenue. Reste à savoir quand. En tous les cas, la crise n'aura pas entamé la confiance des actionnaires du parc. Avec la Région, ils ont maintenu le projet d'hébergement touristique, et un investissement conséquent de trois millions d'euros. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie zoo animaux nature