Saint-Martin-la-Plaine : une lettre à Jean Castex pour demander la réouverture des parcs zoologiques

Ce lundi 22 mars 2021, Pierre Thivillon, le fondateur du parc de Saint-Martin-la-Plaine dans la Loire, a décidé d'écrire à Jean Castex et son gouvernement. La lettre publiée sur internet et les réseaux sociaux, est un plaidoyer pour la réouverture des parcs zoologiques.

L'espace zoologique de Saint-Martin-la-Plaine est fermé au public pour cause de crise Covid. Ici, Pierre Thivillon et le gorille Likalé en février 2021.
L'espace zoologique de Saint-Martin-la-Plaine est fermé au public pour cause de crise Covid. Ici, Pierre Thivillon et le gorille Likalé en février 2021. © Richard Mouillaud/MaxPPP

Cela fait huit mois. Huit mois de fermeture au public depuis le début de la crise sanitaire Covid-19 de mars 2020. Et Pierre Thivillon ne comprend pas pourquoi il est toujours interdit d'accueillir du public... en plein air. Le fondateur de l'espace zoologique de Saint-Martin-la-Plaine, dans le département de la Loire, a donc décidé d'écrire à Jean Castex et au Gouvernement. Sa lettre ouverte, datée du 22 mars 2021, demande la réouverture des parcs zoologiques.

"Accordez-nous le droit d’accueillir nos visiteurs"

Une seule statistique suffit à expliquer l'incompréhension de Pierre Thivillon. "Nous venons juste d’apprendre que seulement 5% des personnes atteintes de la Covid19 étaient contaminées en extérieur", écrit-il dès la deuxième ligne de sa lettre ouverte. "Au regard de cette information, nous qui recevons du public en plein air, ne comprenons pas pourquoi il nous est interdit d’accueillir des visiteurs".

Pierre Thivillon décrit ensuite toutes les dispositions mises en place pour respecter les règles sanitaires : "Nous, parcs zoologiques, avons tous élaboré un protocole sanitaire rigoureux. Nous avons mis en place des circuits à sens unique. Nous avons installé des équipements adaptés au contexte sanitaire pour protéger notre personnel et nos visiteurs. Nous avons fermé au public des bâtiments tels que les vivariums. Nous avons accepté un nombre limité de visiteurs…. " L'énumération est ponctuée par une question : "que faire de plus ?"

D'autres questions sont sous-jacentes, notamment lorsque Pierre Thivillon évoque "des foules" dans les grandes surfaces, dans les transports ou sur les berges des fleuves. Face à ces images, comment justifier l'interdiction d'accueillir du public dans les parcs animaliers ? Des parcs qui, bien que fermés au public, continuent à vivre.

À Saint-Martin-la-Plaine, 35 des 40 employés continuent d'assurer les soins aux animaux. "Notre charge financière est de 5.000 € chaque jour. Nous avons, jusqu’à présent, assumé nos responsabilités", écrit Pierre Thivillon. "La situation actuelle met en danger l’avenir des espèces que nous protégeons et met un coup d’arrêt à notre rôle d’éducation à la protection de la biodiversité, aujourd’hui plus indispensable que jamais".

1700 marques de soutien en 3h

L'incompréhension de Pierre Thivillon est largement partagée. Sous sa lettre publiée sur les réseaux sociaux, les pouces levés, les coeurs et autre signe de solidarité se comptent par centaines. Trois heures après sa publication, le message a été partagé plus d'un millier de fois. Les commentaires vont tous dans le même sens : pour la réouverture des parcs zoologiques.

"Je vous soutiens totalement. Cela manque aux petits comme aux grands. Les parcs et jardins sont ouverts et il y a des jours où il y a foule. Vu la taille du zoo, je pense que vous pourriez ouvrir sans problème avec un nombre de visiteurs restreint et le port du masque", écrit Célia.
"Il y a une totale et réelle injustice dans le fait que les parcs zoologiques soient toujours fermés à l'heure actuelle", enchaine Christel. "Quand on sait que les habitants de tous les départements confinés ont le droit de se balader autant qu'ils le veulent dans la journée dans une limite de 10 kms, on a vraiment du mal à comprendre pourquoi vous n'avez toujours pas cette autorisation. Où est la logique.... quel est le but ?" s'interroge cette internaute.

Dans sa lettre ouverte, Pierre Thivillon appelle ses confrères à se faire entendre, à ne pas laisser le président de l'Association française des parcs zoologiques "se battre seul pour défendre notre activité, notre raison d’exister". De leur côté, les internautes se disent prêts à signer une pétition.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société zoo animaux nature