Le meurtrier présumé de la DRH de l’entreprise Faun en Ardèche, s’enferme dans son mutisme lors de la reconstitution

Publié le Mis à jour le
Écrit par Ana K.

Après la reconstitution à Pôle emploi en janvier dernier, celle du meurtre de la DRH de l'entreprise Faun à Guilherand-Granges doit se dérouler ce mardi matin. Gabriel Fortin a toujours refusé de s'exprimer sur l'assassinat de Géraldine Caclin. Il reste muré dans son silence ce jour également.

A Guilherand-Granges, ce mardi matin, est prévue la reconstitution du meurtre de Géraldine Caclin.

Les faits remontent au 28 janvier 2021.

Le même jour, une conseillère Pôle Emploi à Valence avait également été assassinée.

A Guilherand-Granges, le périmètre est bouclé autour de l'entreprise Faun.

Gabriel Fortin, soupçonné des deux assassinats est conduit sur place.

Il a toujours refusé de s'exprimer. A la mi-décembre, lors de la reconstitution du meurtre de Patricia Pasquion à Valence, il n'était pas sorti du fourgon de la prison. 

Un mutisme persistant

Ce mardi matin, le véhicule pénitentiaire est resté à l'arrêt de longues heures devant l'entreprise. Une nouvelle fois, Gabriel Fortin refuse de participer à cette reconstitution. La juge d’instruction devra se contenter des déclarations des témoins.

Sur place, Maître Nicolas Poizat, avocat de partie civile, souligne le comportement de Gabriel Fortin.

"On a un mis en cause qui est extrêmement mutique. C'est une opposition qui est volontaire, constante, qui à mon sens est tout à fait calculée parce que cela lui permet d'être totalement inaccessible aux questions qu'on peut lui poser. C'est d'une très grande froideur et d'une grande indifférence pour les autres, peut-être même pour lui même."

L’enquête a précisé que Géraldine Caclin finalisait en 2010 le licenciement de son meurtrier présumé, soit 11 ans avant le passage à l'acte. 

Difficile de déterminer les motivations exactes de Gabriel Fortin, il refuse aussi de parler aux juges et aux experts psychiatres.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité