Ardèche : un an après l'enlèvement de Sophie Pétronin, le combat contre l'oubli

Sophie Pétronin, enlevée le 24 décembre 2016 à Gao, dans le nord du Mali, apparaît dans une vidéo diffusée par la principale alliance jihadiste du Sahel le 1er juillet 2017. / © SITE INTELLIGENCE GROUP / AFP
Sophie Pétronin, enlevée le 24 décembre 2016 à Gao, dans le nord du Mali, apparaît dans une vidéo diffusée par la principale alliance jihadiste du Sahel le 1er juillet 2017. / © SITE INTELLIGENCE GROUP / AFP

Un an après l'enlèvement de Sophie Pétronin au Mali, la famille de cette septuagénaire déplore le manque d'actions concrètes de la part du gouvernement. Le fils de l'humanitaire, Sébastien Chadaud-Pétronin, s'envolera pour le Niger le 28 décembre pour tenter de retrouver sa trace.

Par Hugo Lemonier

Le 24 décembre 2016, Sophie Pétronin, 72 ans, était enlevée par des hommes armés à Gao, dans le Nord du Mali. Cette humanitaire, médecin, dirigeait depuis une vingtaine d'années l'association suisse “Aide à Gao”qui soignait des enfants orphelins ou atteints de malnutrition à l'est du Mali.

Depuis son enlèvement, son fils Sébastien, qui vit dans le Sud Ardèche, tente de mobiliser l'opinion publique pour éviter que sa mère tombe dans l'oubli. Il a créé un comité de soutien et a décidé de s'envoler pour le Niger, ce jeudi, pour tenter de recouper les informations qu'il a réunis.

C'est la cinquième fois qu'il entreprend ce voyage depuis l'enlèvement de sa mère, dont la famille n'a reçu qu'une seule preuve de vie.

"Des voyous"

Après six mois de silence et d'angoisse, la septuagénaire apparaît amaigrie et fatiguée dans une vidéo publiée par Al-Qaïda au Maghreb Islamique, en juillet dernier. Aussitôt, le président Macron réagit lors d'une conférence de presse : "Ces gens ne sont rien, ce sont des terroristes, des voyous et des assassins", martèle-t-il.

Ses propos inquiètent les proches de l'humanitaire : "On a pris ça comme une mise en danger de ma tante", réagit l'un de ses neuveux, Lionel Granouillac au micro de France 3. "Je ne pense pas qu'insulter les terroristes qui l'ont enlevée facilite les négociations".



Sur le même sujet

Lyon : le procès d'un militant anti-pub, est reporté au 2 juin

Les + Lus