Coronavirus et confinement : En Ardèche, des contrôles renforcés les deux premiers week-ends de mai

Pour parer à tout "relâchement", la préfecture de l’Ardèche a renforcé temporairement les mesures de confinement pour les week-ends du 1er et du 8 mai. Interdiction de sortir de chez soi, à pied ou en voiture, autrement que seul. Sous peine d'amende.
A Chomérac (Ardèche), 6 PV ont été dressés en une heure et demi de contrôle routier. Photo d'illustration.
A Chomérac (Ardèche), 6 PV ont été dressés en une heure et demi de contrôle routier. Photo d'illustration. © DENIS CHARLET / AFP
En ce 1er Mai, la consigne a plutôt bien été respectée. Les contrôles ont mobilisé les forces de l’ordre toute la journée. Sécurité, vitesse, alcoolémie… Mais surtout vérification du respect du confinement. A Chomérac (Ardèche), 6 PV ont été dressés pour ce motif, en une heure et demie.

Dans les rues de Privas (Ardèche), la quiétude demeure. Quelques passants en quête d’emplettes… Presque tous sont au courant des restrictions supplémentaires.

Car, face au "relâchement" observé par la préfecture de l’Ardèche "ces derniers jours", celle-ci a décidé de durcir temporairement les mesures de confinement pendant les week-ends prolongés du 1er et du 8 mai. Elle estime que ces périodes sont "de nature à entraîner une hausse des déplacements."

Dans un arrêté pris en début de semaine, la préfecture ardéchoise limite "à un seul adulte" tous "les déplacements liés aux achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle, aux achats de nécessité mais aussi les déplacements brefs motivés pour la promenade, la pratique sportive ou les besoins des animaux de compagnie." Exception faite des personnes dites "vulnérables" et des mineurs de moins de 16 ans.

La mesure "est applicable à compter du jeudi 30 avril, 18h00 jusqu’au lundi 4 mai à 8h00". Même chose pour le week-end prochain : "du jeudi 7 mai, 18h00 jusqu’au lundi 11 mai 8h00."

Les contrevenants s’exposent à une amende de 135 euros. Françoise Souliman, préfet de l’Ardèche, assume. Au lendemain de la publication de la première carte de déconfinement par Olivier Véran, ministre de la santé. "Pas de café chez les voisins, pas d’apéro en famille" assène-t-elle.
"Gestes barrières, gestes barrières ! Parce que je vous rappelle que, pour être un département vert, il faut remplir trois items. Avec un seul item, par exemple celui de la propagation du virus où nous serions rouges, cela nous rendrait totalement rouges [le 11 mai]."


 
Une mesure qui passe mal auprès de certains Ardéchois
Certains habitants ont vivement réagi à ce renforcement des mesures du confinement dans le département. Initiée jeudi 30 avril sur Internet, une pétition demande " la suppression du décret concernant le renforcement des mesures restrictives". 

"Nous avons pris notre part de responsabilité en adaptant notre quotidien, professionnel et personnel, pour réduire le nombre de nos contacts, écrivent-ils. C’est pourquoi nous ne comprenons pas et n’adhérons pas à ce décret demandant la mise en place de mesures qui nous semblent excessives."

Au moment où nous écrivons ces lignes, une centaine de signataires ont déjà participé. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité santé covid-19 confinement : envie d'évasion circulation économie transports