Tribunal de Privas : Ils demandent justice pour le chiot abattu

© ADDA
© ADDA

Ce vendredi 14 février des défenseurs des animaux se sont rassemblés devant le palais de justice de Privas. Ils demandent justice pour Kinder le jeune chiot abattu. L'homme responsable de sa mort devait comparaître aujourd'hui.

Par Bérengère Bourgeot

Kinder a été tué de deux balles de carabine le 26 août dernier. Ce chiot de quatre mois aboyait trop fort ! C'est ainsi qu'un jeune chasseur de 22 ans habitant de Saint-Agrève sur le plateau ardéchois a expliqué son geste aux enquêteurs, selon lui, le chiot risquait d'effrayer le gibier à quelques jours de l'ouverture de la chasse....

L'auteur des faits est jugé ce vendredi 14 février devant le tribunal correctionnel de Privas. Il est poursuivi pour acte de cruauté envers un animal domestique. C'est le propriétaire de « Kinder », un agriculteur de 66 ans à la retraite, qui a entendu les coups de feu et réussi à intercepter l'auteur présumé en bloquant sa voiture avec son tracteur jusqu'à l'arrivée des gendarmes. 

Au même moment, les membres d'un collectif de défense de la cause animale se rassemblaient devant le palais de justice. Ils réclament une peine exemplaire : "Les actes de maltraitance sont insuffisamment condamnés. Il faut qu'on soit là pour que les juges les prennent en considération et qu'ils soient condamnés à hauteur des faits" estime Christine Valusso, membre du collectif, "le propriétaire du chien est venu nous voir devant le Palais, il était content de notre présence." 
 


Une pétition recueille plus de 110 000 signatures

Ce faits divers a particulièrement touché une habitante de Laon dans l'Aisne. Jugeant les sanctions trop légères contre les auteurs de violences envers les animaux, Gabrielle Paillot a mis en ligne plus de quarante pétitions.
Sa pétition pour demander "Justice pour le chiot Kinder" a aujourd'hui réuni plus de 110.000 signatures.


Procès ajourné

En raison de l'absence de l'avocat de la défense, le procès a été ajourné et reporté au 11 septembre.

Le prévenu encourt une peine de 2 ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende

 

Sur le même sujet

Les + Lus