Assises : un braqueur de fourgon blindé et de distributeurs, dans la Loire, jugé en appel

Il a la cinquantaine et le profil "d'un vieux voyou". Saïd T., condamné à 23 ans de réclusion criminelle après des attaques de distributeurs de banque et d'un fourgon blindé dans la Loire, fait appel. Un nouveau procès s'ouvre devant la cour d'Assises de Lyon, lundi 26 octobre 2020.

La cour d'Assises de Lyon doit juger en appel un braqueur condamné à 23 ans de réclusion criminelle. Saïd T. avait été reconnu coupable de plusieurs attaques dans la Loire : explosion de distributeurs d'argent et attaque d'un fourgon blindé dans le secteur de Saint-Etienne, entre 2013 et 2014.
La cour d'Assises de Lyon doit juger en appel un braqueur condamné à 23 ans de réclusion criminelle. Saïd T. avait été reconnu coupable de plusieurs attaques dans la Loire : explosion de distributeurs d'argent et attaque d'un fourgon blindé dans le secteur de Saint-Etienne, entre 2013 et 2014. © Mouloud Aïssou
Les charges pour lesquelles il a été condamné à 23 ans de réclusion sont nombreuses. Récidive de tentative de vol en bande organisée et avec arme... Recel de bien provenant d'un vol...  Récidive de tentative de meurtre en bande organisée...  Saïd T., condamné à 23 ans de réclusion criminelle, a fait appel. À compter du lundi 26 octobre 2020, la cour d'Assises de Lyon va, de nouveau, se pencher sur cette affaire de braquage de fourgon blindé et d'attaques à l'explosif de distributeurs de billets dans la Loire.

Braquage d'un fourgon blindé à Saint-Chamond en 2014

Les jurés de la cour d'Assises de Lyon l'ont condamné, le 1er février 2019, à 23 ans de réclusion criminelle. Said T., principal accusé, est alors reconnu coupable d'avoir participé au braquage raté d’un fourgon blindé à Saint-Chamond, et à deux attaques de distributeurs de billets dans la Loire, entre fin 2013 et début 2014.
Quatre autres prévenus comparaissaient avec lui, l'un d'entre eux fut relaxé.

Lors de sa première comparution devant la cour d'Assises, Saïd T. a uniquement reconnu le braquage du fourgon.
Retour en octobre 2014 : un fourgon blindé fait un arrêt à la station-service de La Chabure, à Saint-Chamond dans la Loire. Les braqueurs sont armés, et ils vont "arroser" de balles, tirées à la Kalachnikov.

L'attaque est la troisième attribuée à une équipe de braqueurs. Avant cela, deux distributeurs automatiques de billets de banque, avaient explosé, avec plus ou moins de succès.
La première a échoué, en novembre 2013, à la Caisse d'Épargne de l'Étrat, près de Saint-Etienne. La seconde, dont le butin a été évalué à 92.000 euros, a été fomentée un mois plus tard, à la Caisse d'Épargne du quartier Terrenoire. Le 23 décembre 2013, un convoyeur de fonds, en train de recharger la machine au moment de l'explosion du DAB, est gravement blessé,  et restera lourdement handicapé.
  

10 jours de procès en appel

Lors du procès en première instance, la cour d'Assises du Rhône avait tenu audience pendant dix jours à la fin janvier 2019. Bis repetita pour l'appel formulé par Saïd T., qui sera examiné à partir de ce lundi 26 octobre 2020.
Seul accusé des cinq préalablement jugés dans cette affaire à s'être pourvu, Saïd T. fera face à une douzaine de parties civiles. Parmi elles : la Caisse d'Epargne de la Loire Drôme Ardèche, mais également des convoyeurs de fonds, proches et victimes présentes sur les lieux des attaques.

Détenu à Valence, dans la Drôme, Saïd T. a, depuis, été lié à une autre attaque de fourgon blindé datant du 27 avril 2000. Ce jour-là, un convoyeur de fonds est tué, cours de la Libération à Grenoble, en Isère. Les enquêteurs sont remontés jusqu'au braqueur présumé, grâce à de l'ADN isolé et exploité 18 ans après les faits, sur une perruque

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
assises justice société faits divers