Auvergne-Rhône-Alpes devient la région qui attire le plus de Franciliens dans leur recherche d'emploi

Près de 4 Franciliens sur 10 recherchent un emploi en dehors de leur région, selon une étude de HelloWork. Auvergne-Rhône-Alpes figure en tête des régions où ils consultent des offres d'emploi.
La région Auvergne-Rhône-Alpes est celle qui attire le plus d'actifs franciliens. (Illustration)
La région Auvergne-Rhône-Alpes est celle qui attire le plus d'actifs franciliens. (Illustration) © Bruno LEVESQUE / MAXPPP
Depuis le premier confinement, les Franciliens sont à la recherche d'un emploi en dehors de leur région. C'est ce qui ressort d'une étude menée par la plateforme de recrutement HelloWork en septembre 2020. Réalisée sur la base des offres consultées par 3,1 millions d'utilisateurs, elle montre que les actifs d'Île-de-France se tournent principalement vers la région Auvergne-Rhône-Alpes dans leur recherche d'emploi.

"Le contexte de la crise sanitaire et économique que nous traversons a visiblement accentué voire accéléré l’envie d’ailleurs des Franciliens. En septembre, plus de 4 Franciliens sur 10 briguaient un nouveau poste en dehors de l’Île-de-France", analyse le directeur délégué de HelloWork, David Beaurepaire, précisant que leurs recherches s'orientent surtout vers la métropole lyonnaise.

 

41% des actifs veulent rester en Auvergne-Rhône Alpes


Selon cette étude, 42% des actifs franciliens consultent des offres d'emploi à pourvoir uniquement en dehors de leur région. Auvergne-Rhône-Alpes, les Hauts-de-France et les Pays de la Loire sont celles qui les attirent le plus. A l'inverse, 41% des candidats d'Auvergne-Rhône Alpes consultent des offres d'emploi uniquement dans leur région de résidence. Seuls 18% des actifs de cette région s'intéressent uniquement à des postes hors de celle-ci.

Les deux villes plébscitées par les candidats d'Auvergne-Rhône-Alpes qui recherchent un emploi en dehors de leur région sont Paris et Marseille, attirant chacune 10% des candidats. Arrive ensuite La Bourgogne-Franche-Comté, région limitrophe, où 9% des candidats y recherchent un poste à pourvoir. En revanche, seuls 7% ont regardé vers le Grand-Est, la Nouvelle-Aquitaine et les Pays de la Loire en septembre. La Normandie est lanterne rouge avec seulement 5% des actifs d’Auvergne-Rhône-Alpes qui ont consulté des offres de cette région.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région auvergne-rhône-alpes emploi économie confinement santé société coronavirus/covid-19