Avalanche meurtrière aux Deux-Alpes: un groupe de scolaires de Lyon emporté sur une piste fermée

Une importante coulée de neige a dévalé sur la piste de Bellecombe, ce mercredi 13 janvier. Le bilan fait état de trois morts: deux lycéens lyonnais et un skieur ukrainien, extérieur au groupe scolaire. Un enseignant qui assurait l'encadrement des élèves en classe de première, est blessé. 

© Gérard Fourgeau - France Bleu
La coulée s'est produite à 15h41 très exactement, dans le secteur de Bellecombe, une piste noire actuellement fermée aux skieurs. Une minute plus tard, l'alerte était donnée par des témoins. 5 minutes après, les premiers secours arrivaient sur place. 

Des dizaines de pisteurs, moniteurs de ski et militaires du Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne sont alors intervenus pour localiser les victimes ensevelies. Au plus fort de l'opération on a compté jusqu'à 250 personnes. Le sondage a commencé avec l'aide de 5 chiens d'avalanche. Une caméra thermique embarquée dans un hélicoptère a aussi permis de faire avancer les recherches.

Mais le bilan est dramatique: trois morts et un blessé grave. Une jeune fille de 16 ans a d'abord été retrouvée par les secours en arrêt cardio-respiratoire. Elle n'a pas survécu. Un de ses camarades de la Cité scolaire Saint-Exupéry de Lyon, âgé de 14 ans, est décédé au CHU de Grenoble où il avait été transporté inconscient. La troisième victime est un skieur ukrainien de 57 ans qui ne faisait pas partie du groupe scolaire.

Grièvement blessé, un enseignant a été hospitalisé à Grenoble, son pronostic vital n'est pas engagé, selon la préfecture de l'Isère. Une personne bousculée par l’avalanche est sortie indemne. 

Les faits
durée de la vidéo: 02 min 25
Avalanche des Deux-Alpes : le rappel des faits

Ce mercredi, il y avait beaucoup de monde sur les pistes, particulièrement des jeunes. Un record mondial de descente aux flambeaux devait être tenté à la nuit tombée. Un jour de fête qui se transforme en cauchemar.

Des questions

Une enquête diligentée par le procureur de Grenoble débutera dès jeudi matin sur le site de l’accident. Il faudra notamment expliquer comment la coulée de neige s'est déclenchée et comment un enseignant expérimenté a-t-il pu engager ses élèves sur une piste fermée?



Le risque d'avalanche était de 3, "marqué", sur une échelle qui compte 5 niveaux.

Les secours sont intervenus vite mais ils ont eu du mal à libérer les victimes de l'amas de neige car "personne dans le groupe n'était équipé d'ARVA (détecteur de victimes d'avalanches), selon le Directeur général de la station, Didier Bobillier.

Extrait du 19/20 du 13 janvier
durée de la vidéo: 02 min 33
La réaction du directeur de la station

Une cellule de crise a été mise en place par le rectorat de Lyon avec un numéro d'urgence: 04 72 80 60 60

Les deux rectrices de Lyon et de Grenoble ont été mobilisés l'une à la Cité scolaire des victimes qui suivaient une "option sport", l'autre dans la station. La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem s'est déplacée au collège/lycée Saint-Exupéry de Lyon promettant de faire toute la lumière sur les faits.

Dans un tweet, le Premier ministre a fait part de sa "grande tristesse" à l'heure de ce drame. Quant à François Hollande, il a présenté ses "sincères condoléances" aux familles des victimes.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
montagne avalanche neige faits divers