• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Dans le bidonville Esmonin à Grenoble, l'espoir des demandeurs d'asile

Si le bidonville Esmonin est plus généralement le refuge des Roms, il est aussi à son extrémité une sorte d'enclave des Balkans. Serbes, Macédoniens, Albanais et Kosovars, des migrants demandeurs d'asile qui espèrent refaire leur vie en France.  

Par France 3 Alpes

Pauvreté, chômage, corruption ou tensions politiques les ont poussé à l'exil... Tous évoquent les problèmes au pays, mais personne ne veut entrer dans les détails.
Comme ils ne sont pas ressortissants de l'Union Européenne, les migrants du bidonville Esmonin doivent demander l'asile pour pouvoir rester en France.

Depuis 2009, la préfecture de Grenoble centralise les dossiers des départements de l'Isère, de la Savoie de la Haute-Savoie et de la Drôme. L'attente est longue, certains ont demandé leurs papiers avant de venir, il y a plusieurs mois déjà. 

Sans papiers, sans travail, ces familles construisent comme elles peuvent un semblant de vie normale. Des cabanes de fortune servent de foyer, et on montre fièrement la photo de classe du petit dernier.

Dans cette partie du bidonville Esmonin, les journées passent en attendant que la préfecture accorde - ou refuse - les demandes d'asile. 

En Isère depuis 4 ans on observe une stabilité du nombre de demandes d'asile. Moins de 700 nouveaux cas sont examinés chaque année. Parmi eux, près d'un tiers concerne des Européens. 

Reportage Cédric Picaud, Dominique Semet, Thao Huynh :
 
Série épisode 3 : les demandeurs d'asile du bidonville Esmonin
Intervenants : Samet Kamaranovia, demandeur d'asile albanais; Artur Tila, demandeur d'asile albanais; Burim Ajeti, demandeur d'asile kosovar

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Valence (Drôme) : une explosion dans un appartement fait un mort et un blessé léger

Les + Lus