Bruxelles allège de 2,5 milliards d'euros la facture du Lyon-Turin pour la France

L’Union européenne va faire passer de 40% à 55% sa contribution au financement de la nouvelle liaison ferroviaire entre Lyon et Turin via un tunnel sous les Alpes, Conséquence? Une réduction de plus de 2,5 milliards d’euros pour la France pour la construction du tunnel et ses accès

Travaux en cours dans un tunnel de la liaison ferroviaire Lyon-Turin à Saint-Martin-de-la-Porte, MAI 2015.
Travaux en cours dans un tunnel de la liaison ferroviaire Lyon-Turin à Saint-Martin-de-la-Porte, MAI 2015. © MAXPPP

L’Union européenne va faire passer de 40% à 55% sa contribution au financement de la nouvelle liaison ferroviaire entre Lyon et Turin via un tunnel sous les Alpes, se réjouit ce mardi 6 avril le promoteur du projet.

"Cette décision, évoquée depuis près de deux ans, a été validée le 26 mars par le Comité des représentants permanents (Coreper) de l’UE et pourra entrer en vigueur cet été après un vote du Parlement de Strasbourg", explique le Comité pour la Transalpine dans un communiqué.

Cette décision va permettre de réduire de plus de 2,5 milliards d’euros le coût pour la France de la construction du tunnel et de ses voies d’accès, fait valoir l’association.

Le coût du seul chantier du tunnel sous les Alpes, qui cristallise les oppositions, est toujours évalué à 8,6 milliards d’euros (valeur 2012). Après la décision de Bruxelles, son coût sera ramené à 2,4 milliards pour l’Italie et à 1,8 milliard pour la France, ajoute-t-elle.

Pour les voies d’accès à l’ouvrage côté français, l’UE serait donc prête à apporter plus de 2 milliards d’euros.

Il est donc « essentiel que l’État saisisse dès maintenant cette opportunité exceptionnelle pour accélérer la programmation des voies d’accès françaises », a alerté Jacques Gounon, président du Comité pour Transalpine, cité dans le texte.

En février, Hubert du Mesnil, président de la société publique TELT chargée de construire l’ouvrage, avait jugé qu’il fallait urgemment régler la question des accès au futur tunnel et « prendre à bras-le-corps » le contournement ferroviaire de Lyon.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
lyon-turin économie transports région auvergne-rhône-alpes italie international