Cambriolage : ces bons réflexes pour réduire les risques

Avec l’arrivée des beaux jours, vous vous absentez davantage de votre domicile. Pour les voleurs, la tentation est grande. Un gendarme nous donne des conseils pour limiter les risques de cambriolage.

D’après le ministère de l’Intérieur, les cambriolages de logements ont augmenté nettement en 2022, de plus 11%, après une stabilité en 2021 et une très forte baisse en 2020 (respectivement -20 % et -13 %) dans le contexte de crise sanitaire liée au Covid-19. Aucun département n'est épargné, comme le montre la carte de l'INSEE ci-dessous.

Le Cantal, réputé pour sa faible délinquance, n'échappe pas à la règle. Début mai, les gendarmes du Cantal ont constaté une recrudescence des cambriolages sur les communes d’Ytrac, Monstalvy, Vic-sur-Cère, Polminhac, Murat et Naucelles. Le chef d’escadron Laurent Barraja, commandant de la compagnie de gendarmerie d’Aurillac, remarque : « Avec les beaux jours, les personnes s’absentent davantage une journée ou un week-end pour s’oxygéner. Les maisons ne sont pas forcément occupées et il y a une légère recrudescence des cambriolages. On a accentué les patrouilles de proximité sur les zones pavillonnaires. On constate bien souvent que les maisons sont laissées ouvertes ou que les tentations sont souvent visibles ». 

Il donne quelques conseils pour éviter les cambriolages : « Il faut d’abord distinguer si on s’absente pour une courte durée ou si l’on part en vacances. Au quotidien, il faut prendre des mesures de bon sens ».

Bien fermer son logement

« Lorsqu’on s’absente pour chercher son pain, il faut bien fermer sa maison à clef, fermer les fenêtres, fermer le portail pour limiter la tentation ».

En hiver, laisser une lumière allumée

 « En période hivernale, ne pas hésiter à laisser une lumière allumée, même si c’est énergivore. Au moins, cela montre une présence dans la maison ».

Ne pas laisser des objets de valeur visibles

« Il ne faut pas laisser d’objets de valeur visibles depuis les fenêtres ».


Ne pas signaler son absence sur les réseaux sociaux

 « Si on s'absente pour les vacances, il ne faut rien diffuser sur les réseaux sociaux. On évite les « Youpie, je m’en vais un mois à Tahiti ». On ne précise ni le lieu ni la période ».

Faire appel à une personne de confiance

« Il faut trouver une personne de confiance, comme un voisin par exemple. Cette personne pourra venir régulièrement voir la maison, être sûre qu’il n’y a pas eu d’effraction, faire la relève du courrier. Elle pourra ouvrir de temps en temps les volets de la maison pour montrer qu’il y a quelqu’un à l’intérieur. Je ne recommande pas de passer la tondeuse mais on peut veiller à ce que cette personne fasse un entretien régulier de la maison pour faire croire que la maison est encore occupée ».

Se signaler auprès des forces de l’ordre

« La gendarmerie et la police mènent l’opération tranquillité vacances. Il s’agit de signaler aux forces de l’ordre que l’on s’absente. On remplit un formulaire avec ses coordonnées et la durée de l’absence. Les patrouilles de police ou de gendarmerie viendront plus facilement tourner sur les lieux où les occupants sont absents ».

Penser à s'équiper d'une alarme

« Le cambrioleur souhaite ne pas être pris. Tout moyen de dissuasion est efficace. Si une alarme sonne, il ne va pas rester sur place et ne pas faire son cambriolage. En effet, l’alarme va attirer l’attention des voisins. Les alarmes sont assez dissuasives ».

Attention aux démarchages 

« Si des personnes se présentent à votre domicile, pour faire du démarchage, il faut demander une carte professionnelle. Si c’est quelqu’un de malfaisant, il ne va pas rester. Il ne faut surtout pas accueillir quelqu’un à l’intérieur de la maison, pour éviter le repérage des lieux. Il faut aussi éviter de mettre les clefs de la voiture, les cartes de crédit, du liquide, à l’entrée de la maison, pour limiter la tentation ».

Ne pas avoir trop d’espèces chez soi

« Il faut limiter la quantité d’argent liquide stockée à la maison. Si on est victime d’un cambriolage, il vaut mieux se faire voler 20 euros plutôt que 2 000 euros en liquide ».

Ce qu'il faut faire si vous êtes victime de cambriolage

Le gendarme détaille ce qu’il faut faire en cas de cambriolage : « En cas de cambriolage, il ne faut rien toucher car les forces de l’ordre vont mener des opérations de police technique et scientifique, de relevés d’empreintes et d’ADN. Il ne faut pas polluer la scène d’infraction. Il faut ensuite prévenir les forces de l’ordre. Il faut aussi déposer plainte. Il est essentiel de déposer plainte car un dépôt de plainte permet de faire des recoupements par la suite. Il y aura ensuite une enquête de voisinage pour savoir si les voisins ont vu ou entendu quelque chose. On va étudier l’environnement, voir s’il y a des caméras de vidéoprotection dans la rue ou dans le quartier ». Le chef d’escadron rappelle : « Il ne faut pas hésiter à composer le 17, même pour la moindre chose suspecte. Si on sait en amont qu’il peut y avoir quelque chose d’inhabituel dans le quartier, on dépêchera une patrouille et peut-être que cela dissuadera un éventuel passage à l’acte ». 

Les cambrioleurs agissent de jour comme de nuit. Une vigilance de chaque instant est donc de mise.