Comment cette graphothérapeute soigne les maux de l’écriture

C'est un métier et une spécialité peu connus : la graphothérapie. Une méthode de rééducation de l'écriture, indispensable pour certains enfants. Dans le Cantal, Emilie Trémouille est la seule graphothérapeute du département.

À 10 ans, l'écriture de Raphaël est un peu contrariée. Fort heureusement, Emilie Trémouille, graphothérapeute dans le Cantal, est là pour l’aider. Son métier ? Rééduquer les enfants ayant des difficultés à l'écriture. Un souci décelé par la maîtresse du petit garçon scolarisé en CM1.« Elle voyait que j’écrivais plutôt mal et que j’allais moins vite », raconte le jeune Raphael. Jusqu'à même lui faire perdre le goût de l’écriture  : « J’en avais marre d’écrire »

Posture inadaptée, écriture difficile à lire, page peu soignée…La maman du petit garçon s'inquiétait sans vraiment savoir vers qui se tourner : « On avait un enfant qui se dévalorisait beaucoup face à sa copie. Dès qu’on le mettait au travail, c’était : ‘Je vais pas y arriver’. L’écriture représentait vraiment un poids pour lui au quotidien ».

Avec Emilie, cela fait quatre séances que Raphaël travaille pour améliorer la fluidité de son écriture. « On voit que pour Raphaël, il y a une majorité de lettres qui ne sont pas bien formées, explique la graphothérapeute. Comme la lettre ‘a’, on voit qu’il le fait en deux fois. Du coup, pour relier les lettres entre elles c’est très compliqué ». 

durée de la vidéo : 00h01mn48s
Une graphothérapeute du Cantal soigne les maux de l’écriture ©L. Theodore / L. Ribes / O.Bernholc / France 3 Auvergne

Faire en sorte que l'écriture « ne soit plus une souffrance pour eux ». 

Emilie est la seule graphothérapeute du Cantal. Installée depuis 4 ans, elle voit passer des enfants avec des problèmes d'écriture parfois très marqués. Emilie explique sa méthode : « On travaille sur la gestuelle, sur la posture, la coordination des mouvements. On travaille également sur comment se déplacer dans l'espace, parce que c'est aussi très important. Et on va essayer de le faire de façon ludique, sous forme de jeux. L'idée pour moi c'est qu'il sorte de la rééducation - je ne dis pas en adorant écrire - mais que ce ne soit plus une souffrance pour eux ».

En moyenne, huit à dix séances suffisent pour rééduquer l'écriture.

 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité