COVID 19 : dans le Cantal, un bibliobus pour tester les habitants des villages isolés

A compter de la semaine du 9 novembre, un bibliobus va sillonner les routes du Cantal, non pas pour distribuer des livres, mais pour mettre en place des drive de tests PCR piétons éphémères. Un moyen de lutter contre la progression du virus du COVID 19 dans ce département.
 
Grâce à ce bus itinérant, 250 à 300 tests PCR seront pratiqués chaque jour.
Grâce à ce bus itinérant, 250 à 300 tests PCR seront pratiqués chaque jour. © RODRIGO BUENDIA / AFP
Habituellement, le bus aux couleurs du Conseil départemental du Cantal parcourt les routes du département afin de distribuer des livres de cette médiathèque à quatre roues. Mais en raison de la crise sanitaire du COVID 19, le bibliobus va trouver une nouvelle mission. A compter de la semaine du 9 novembre, il va servir à mettre en place des drive de tests piétons éphémères. Thomas Charbonnier, directeur général des laboratoires Sylab, explique : « Cela ressemblera à un drive piéton éphémère qui pourra être mobilisable dans les zones du territoire où on a du mal à tester et où la population est éloignée. Le but est d’avoir une équipe de 4 personnes. Ce sera l’équivalent de 2 à 3 chaînes de tests. Ce dispositif est capable de faire jusqu’à 250 à 300 tests par jour ». Des tests PCR seront alors pratiqués, entièrement pris en charge par l’Assurance maladie. Les modalités précises sont encore en cours de réflexion, il faudra sans doute prendre rendez-vous avant de venir.

Des personnes ont du mal à se déplacer

L’objectif est d’aller à la rencontre d’une population qui a encore du mal à accéder aux tests. Jean-François Collin, président de l’ordre des médecins du Cantal, souligne : «  Une des clefs de lutte contre cette deuxième vague est l’accès aux tests, en étant le plus réactif possible dans la prise de rendez-vous et dans le rendu des résultats, pour dépister et isoler tous les cas contacts et limiter la propagation du virus. On a des laboratoires très réactifs dans le Cantal, au centre hospitalier mais aussi dans le privé. Les 3 centres médicaux ouverts pour la première vague ont été transformés en centres de tests, à Aurillac, Mauriac et à Saint-Flour. Il y a environ 350 tests par jour pratiqués à Aurillac, 60 à Mauriac et 50 à Saint-Flour. Il y a un quatrième drive au Centre hospitalier d’Aurillac. Mais les laboratoires se rendent comptent que des personnes ont du mal à se déplacer. L’idée est donc d’aller vers ces populations. Le bus permettra d’organiser des drive de tests sur tout le département ».
Bruno Faure, président (LR) du Conseil départemental du Cantal, précise : « Face à la crise sanitaire, j’ai décidé de mettre en place un bus départemental, qui d’habitude est voué à la présence des services publics dans les territoires, nous le réorientons sur le volet sanitaire. La sécurité sanitaire des Cantaliens prévaut. Ce bus va donc parcourir le département avec des agents du laboratoire Sylab pour faire des prélèvements. Il pourra être le matin sur un site, l’après-midi sur un autre. Avec ce bus qui débutera la semaine prochaine, nous pourrons augmenter les prélèvements et donc les analyses de l’ordre de 250. Nous serons en capacité de prélever et d’analyser 850 personnes par jour, ce qui nous permettra de lutter contre la pandémie ».  

La seconde vague n’épargne pas le Cantal

Jean-François Collin précise : « La force du dispositif est de pouvoir proposer des tests en étant encore plus réactifs, plus efficaces. La seconde vague n’épargne pas le Cantal. Même si les taux d’incidence restent encore en dessous de la moyenne nationale dans le Cantal ». En effet, pour la semaine du 25 au 31 octobre, le taux d’incidence dans le département était de 282, 2 pour 100 000 habitants.

Par ailleurs, le département du Cantal a décidé de réactiver un numéro d’aide "Le Conseil départemental à l’écoute des plus fragiles" au 04 71 46 99 77. Ce dispositif de soutien aux personnes les plus vulnérables est accessible du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h30 (16h30 le vendredi).

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société