Parkings à Aurillac : ce qui va changer au 1er novembre

Publié le Mis à jour le
Écrit par VR
Au parking du Gravier, 85 personnes sont actuellement sur liste d'attente pour bénéficier d'un abonnement.  Une situation qui devrait s'améliorer avec l'ouverture de trois nouveaux parkings dans le centre d'Aurillac.
Au parking du Gravier, 85 personnes sont actuellement sur liste d'attente pour bénéficier d'un abonnement. Une situation qui devrait s'améliorer avec l'ouverture de trois nouveaux parkings dans le centre d'Aurillac. © L. Ribes / France 3 Auvergne

Pour répondre à une forte demande de la part des usagers du centre-ville, la municipalité d'Aurillac va ouvrir trois nouveaux parkings dès le 1er novembre, proposant ainsi 141 places supplémentaires. 

Pour bénéficier d’un abonnement dans un parking du centre-ville d'Aurillac, il fallait jusque-là être patient et attendre son tour.

Avec 150 personnes inscrites sur liste d’attente pour le square Vermenouze, 85 pour le Gravier et une centaine pour l’Hôtel de Ville et Doumer, la municipalité a décidé d’élargir l'offre de stationnement en parking fermé.

Ainsi dès le 1er novembre, le nombre de places va passer de 1118 places à 141, les parkings de la Tour, Labro et Ferry devenant des parcs fermés de stationnement. Des parkings qui seront accessibles 24h/24, payants de 8h à 19h du lundi au samedi et gratuits les dimanches et jours fériés. La durée de stationnement sera limitée à 6 jours en horaire.
 


Les tarifs appliqués seront identiques à ceux pratiqués sur les parkings Doumer et Gravier, à savoir gratuit le premier quart d'heure puis 0.30 € par quart d'heure jusqu'à 02h15 de stationnement, puis 0,10 € pour les quarts d'heure suivants.

Au total, ce sont 1.870 places payantes qui sont mises à disposition à Aurillac, dont 543 dans les rues, 68 en parking non fermés et donc 1.259 en parcs fermés.
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.