Sheila : « Mon histoire, c’est celle d’une Auvergnate qui monte à Paris »

A l’occasion de la sortie de son nouveau titre « 7ème continent » et de l’enregistrement d’une émission sur Nostalgie Belgique qu’elle coanime, la chanteuse Sheila revient sur ses souvenirs, dans le Cantal, dont sa famille est originaire.
A l'occasion de la sortie de son nouveau titre et de l'enregistrement de son émission "Génération Sheila", la chanteuse, dont la famille est originare du Cantal, replonge dans ses souvenirs.
A l'occasion de la sortie de son nouveau titre et de l'enregistrement de son émission "Génération Sheila", la chanteuse, dont la famille est originare du Cantal, replonge dans ses souvenirs. © Alexandre MARCHI / MAXPPP

La "petite fille de Français moyens", Sheila, n'a pas oublié ses origines dans le Cantal. Cet été, elle coanimera, chaque dimanche de 9 heures à 10 heures, l’émission « Génération Sheila » sur Nostalgie en Belgique. Cette émission, pleine d’anecdotes et de souvenirs, est l’occasion pour elle de revenir sur ses moments passés en Auvergne, dont sa famille paternelle est originaire. Patranque, agriculture, hôtel-restaurant familial à Pleaux, la chanteuse dévoile ses souvenirs d'enfance, lorsque Sheila était encore Annie Chancel.

 Votre famille est originaire du Cantal, que cela représente-t-il pour vous ?

Sheila : "Le Cantal c’est lié à mon papa, j’y allais quand j’étais très jeune, j’y ai plein de souvenirs d’enfance. J’y suis retournée quelques fois plus tard en tant qu’adulte. C’est une région magnifique. Mes parents avaient un hôtel-restaurant là-bas, dans le pays de Salers. Il y a des souvenirs qui m’ont beaucoup marquée. A l’époque, on avait une charrette tirée par des bœufs et lorsque les adultes faisaient les foins, on montait toujours, avec ma cousine, en haut de la charrette. Une fois, la charrette est passée dans une ornière et elle a basculé. Ma cousine est tombée, c’était très haut et j’ai vraiment eu très peur pour elle, heureusement elle n’a rien eu. Ce moment m’a marquée, il est resté gravé dans ma mémoire."

Que raconte votre nouveau single, "7ème continent" ?

Sheila : "Ce single, c’est l’histoire de la planète qui va mal. J’ai vu un reportage qui s’appelait « Le 7ème continent » et qui parlait du continent de plastique, qui se balade sur les océans. J’ai fait de la plongée, j’ai fait beaucoup de choses en rapport avec la mer, et ça me désole de savoir que dans l’océan il y a plus de sacs plastiques que de poissons. Il est temps que nous réagissions. Ca m’inquiète beaucoup. J’avais eu l’impression que pendant le confinement, les gens avaient pris conscience de l’importance de trier ses déchets, et maintenant, quand on se balade dans Paris, ça fait peur. Il y a des déchets partout, des gants en plastique, des masques par terre. On avait pourtant vu, en l’espace de 2 mois, que la nature avait repris sa place. Il faut vraiment qu’on fasse attention à ce qu’il y a autour de nous, sinon, on va tous mourir, et c’est le message de ma chanson. Moi je vis à la campagne, j’aime la nature, je me nourris de nature et ça me dérange beaucoup quand je vois tout ça."

Cette envie de défendre la nature vous vient-elle de vos origines cantalienne ?

Sheila : "Bien sûr. « Petite fille de Français moyens », c’est ce que je suis. Mes parents étaient commerçants, mon grand-père était ferrailleur. Mon histoire, c’est vraiment celle de l’Auvergnate qui monte à Paris. L’Auvergne, je n’ai pas à la défendre, l’Auvergne se défend toute seule, de par ses paysages, de par le fait que les gens sont des gens de la terre, travailleurs et tellement généreux. D’ailleurs, ma mère était spécialiste de la patranque, j’ai été élevée à ça !"

A quoi doit-on s’attendre cet été dans « Génération Sheila » ?

Sheila : "C’est une émission de musique où l’on passe des tubes et où je raconte des histoires. Il y a beaucoup d’anecdotes, de souvenirs, et tout ça entrecoupé de musique. Les capsules ont été préenregistrées ce week-end et seront diffusées les dimanches, de 9 heures à 10 heures. Je me suis beaucoup amusée à faire ça, je présente cette émission avec Bruno Fernandez, un garçon vraiment sympathique. C’est très rigolo, très cool à faire et ça m’a rappelé plein de souvenirs. Quand on commence à raconter, il y a beaucoup de choses qui reviennent. Il y aura mes tubes, mais aussi pas mal de chansons des années 70 et 80. Il y aura un peu de tout."

Quels sont vos projets pour l’année prochaine ?

Sheila : "Un nouvel album en 2021, mes dates annulées sont aussi reportées en 2021. Je vais beaucoup travailler en studio, d’ailleurs la version de "7ème continent" qui sera sur l’album sera un peu différente de celle qui est sortie, qui est la version piano-voix. Après 8 ans sans avoir rien sorti, je me retrouve numéro un sur les plateformes de streaming avec cette chanson. Ça faisait un moment que ça ne m’était pas arrivé et c’est de bon augure pour la suite."

Le titre "7ème continent" est à écouter sur toutes les plateformes de streaming.  

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture people