• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

VIDEO. Sylvie Pullès, la Madonna de l’accordéon, fête ses 35 ans de carrière

Surnommée la Reine de l'Auvergne ou la Madonna de l'accordéon, Sylvie Pullès a fêté, en 2019, ses 35 ans de carrière. / © P. LENGLIN / MAXPPP
Surnommée la Reine de l'Auvergne ou la Madonna de l'accordéon, Sylvie Pullès a fêté, en 2019, ses 35 ans de carrière. / © P. LENGLIN / MAXPPP

C'est l'une des stars de la musique auvergnate. Surnommée la Reine de l'Auvergne ou la Madonna de l'accordéon, Sylvie Pullès a fêté ses 35 ans de carrière, sur la scène de l'Alhambra, à Paris. L'occasion de revenir sur la carrière exceptionnelle de cette musicienne originaire du Cantal.
 

Par Lætitia Théodore

C'est sur un air d'accordéon que Sylvie Pullès nous accueille dans la maison familiale de Paulhenc, dans le Cantal. Chez les Pullès, l'accordéon est une histoire de famille. Des ritournelles dans lesquelles chaque génération baigne dès le plus jeune âge. « Mon grand-père, mon père, jouaient de l’accordéon, mes frères aussi. On écoutait beaucoup Thivet, Ségurel, Monédière, les grands noms de la musique traditionnelle de cette époque », se souvient-elle.
 

Plus de 5 000 bals en France et à l'étranger


Reine de l'Auvergne pour les uns, Madonna de l'accordéon pour les autres, à 47 ans, Sylvie Pullès est une artiste accomplie qui a rempli les salles de spectacle les plus prestigieuses, comme celle de l’Olympia, en 2010 et 2015. « Voir son nom sur la façade de l’Olympia ça fait bizarre », reconnaît-elle.
Elle a obtenu l'une des récompenses majeures du monde de la musique : un disque d'or, pour ses 30 ans de carrière, soit 5 000 bals en France et à l’étranger, 2 millions de danseurs-spectateurs, 2 millions de kilomètres parcourus pour aller à la rencontre de son public. Pour elle : « Cela représente beaucoup d’années de travail, de musique et de bonheur auprès de mon public et de mon accordéon ».

Un succès que Sylvie partage volontiers avec son frère David, auteur de certaines de ses chansons, véritables odes à la ruralité et à l'ancien temps.
Mais chez les Pullès, le calme est souvent de courte durée. Cet après-midi-là, Colette et Pierrot sont de passage. Ils suivent Sylvie sur tous ses spectacles, à plusieurs centaines de kilomètres à la ronde. Pour ça, ils ont investi dans un camping-car, devenu le point de ralliement à chacune de ses sorties. « On fait la balance du son, après, quand on est prêt, l’apéro au camping-car avec tous les fans. C’est la tradition », s’amuse Sylvie Pullès. Des fans qui forment une communauté soudée,  grâce au second souffle que leur a donné Sylvie.
 

"Grâce à elle, on a rajeuni de 20 ans"


« On ne dansait plus du tout et puis on s’y est remis, grâce à elle, on a rajeuni de 20 ans », se félicite Pierrot. Alors que Colette et Pierrot reprennent la route. Pour Sylvie et sa nièce Célia, les répétitions commencent. Car dans quelques jours, la petite fille montera sur scène avec sa tante, à l'occasion d'un grand concert parisien, à l'Alhambra, pour fêter 35 ans de carrière.

Concert à l'Alhambra


Il est 10 heures du matin, devant la mythique salle de l'Alhambra, à Paris. Entre stress et excitation, Sylvie Pullès doit pourtant régler les derniers détails. Sur la scène, elle retrouve les musiciens qui vont l'accompagner pour ce concert-anniversaire, un de plus, dans une salle d'exception.
Pour ce spectacle, plus de 500 personnes ont déjà pris leurs billets. Des fans, aux tempes grisonnantes qui, bien avant l'ouverture des portes, forment déjà une longue file d'attente. Une heure plus tard, accordéon accroché sur le cœur, c'est le moment d'entrer sur scène.
Pour célébrer ces 35 ans de carrière, Sylvie a mêlé 2 de ces amours : l'accordéon et l'occitan. Des nouvelles reprises et des morceaux qui ont fait son succès. Sans oublier ses amis, avec qui elle partage la scène avec beaucoup de complicité.

Tout au long du spectacle, Sylvie rend un hommage appuyé à son parrain, André Verchuren, disparu en 2013. Louisette, sa femme, est dans la salle. Impossible pour Sylvie d'oublier sa famille.  Après un vibrant « mon vieux », chanté en occitan, sa nièce monte sur scène pour l'un des derniers morceaux du spectacle. C'est sur un air de Gloria Gaynor revisité et devant des spectateurs visiblement emballés que le concert s'achève.
Dans sa loge, Sylvie aussi savoure ce moment. « Je suis ravie et très émue. Je suis soulagée aussi car cela s’est bien passé. Le public est reparti content avec, je pense, des étoiles dans les yeux ? C’est la récompense de toutes ces semaines de travail. C’est ça la magie du spectacle ».
Dans les prochains jours, elle repartira sur les routes, avec son accordéon.

 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Lyon : des accents de musique Klezmer au Festival du Péristyle

Les + Lus