Compagnie des Alpes: Wauquiez et les présidents des Départements de l'Isère et des Savoie s'opposent à une entrée chinoise dans le capital

© Compagnie des Alpes
© Compagnie des Alpes

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, et trois présidents de départements alpins ont réclamé, ce vendredi 8 juillet, une "suspension" de l'ouverture du capital de la Compagnie des Alpes (CDA) à des investisseurs étrangers.

Par FG avec communiqué

Dans un communiqué commun, ces élus Les Républicains affichent leur refus "de laisser la Compagnie des Alpes brader les stations de ski françaises aux étrangers".

La Compagnie des Alpes, société cotée en Bourse, a annoncé en mai être à la recherche "active" d'un "partenaire" financier pour l'aider à se développer à l'international. Le groupe, -à la tête de 11 domaines skiables (dont Tignes, Val d'Isère, Les Arcs, les Deux Alpes) et 13 destinations de loisirs (Parc Astérix, Grévin, Walibi, Futuroscope)-, est actuellement détenu à 40% par la Caisse des dépôts.

"La possibilité de l'entrée à son capital du consortium chinois Fosun présente plusieurs risques majeurs pour l'avenir des domaines skiables français exploités par la CDA et inquiète fortement l'ensemble des élus quant à l'avenir économique de leurs territoires", ajoutent Laurent Wauquiez, l'ancien ministre et président du département de Savoie Hervé Gaymard, le président du département de l'Isère Jean-Pierre Barbier et celui de la Haute-Savoie Christian Monteil.

Contre un conglomérat chinois 

Le quotidien Le Monde rapportait début juin que le conglomérat chinois Fosun, déjà propriétaire du Club Med, négociait avec la CDA en vue de prendre une participation de 10 à 15% du groupe français. La CDA avait alors confirmé avoir reçu "des marques d'intérêt" d'investisseurs en précisant qu'"aucune décision" n'avait été prise.

Les élus affirment eux avoir décidé "de favoriser l'entrée au capital de la CDA des collectivités concernées et des investisseurs locaux".
Ils se disent ainsi favorables à "l'actionnariat local" des "collectivités locales", des "banques régionales qui pourraient augmenter leurs participations" ou des "acteurs locaux qui souhaitent investir leur épargne pour soutenir ce secteur stratégique".

A lire aussi

Sur le même sujet

Les lyonnaises veulent faire rentrer l'OL dans l'histoire du football

Les + Lus