Coronavirus Covid-19 : une semaine à haut risque pour le Rhône et la Drôme

Les départements du Rhône et de la Drôme vont-ils être confinés le week-end ? C'est cette semaine que tout va se jouer et se décider. Plusieurs communes sont très touchées au nord de la Drôme, mais ce déparement pourrait échapper au confinement selon le préfet.

La semaine s'annonce à haut risque dans la Drôme et le Rhône, placés sous "surveillance renforcée" avec le risque d'un confinement le week-end pour lutter contre l'épidémie de covid. A Saint-Rambert-d'Albon (Drôme), le taux d'incidence grimpe à plus de 400 cas pour 100.000 habitants. Deux centres de dépistage vont être ouverts à tous.
La semaine s'annonce à haut risque dans la Drôme et le Rhône, placés sous "surveillance renforcée" avec le risque d'un confinement le week-end pour lutter contre l'épidémie de covid. A Saint-Rambert-d'Albon (Drôme), le taux d'incidence grimpe à plus de 400 cas pour 100.000 habitants. Deux centres de dépistage vont être ouverts à tous. © FTV

Les départements du Rhône et de la Drôme sont sous "surveillance renforcée" depuis le dernier discours du Premier ministre Jean Castex le 25 février, à cause de plusieurs "indicateurs défavorables" de l'épidémie de coronavirus : quelle est la situation aujourd'hui, comment l'épidémie évolue sur le terrain ? Nous faisons le point sur les dernières informations.

"Nous n'envisageons pas de reconfinement partiel comme à Nice et Dunkerque dans un avenir proche. Nous sommes plutôt dans une phase descendante" a assuré en conférence de presse, lundi 1er mars, Hugues Moutouh, le préfet de la Drôme. 

Où en est l'épidémie dans le Rhône et la Drôme ?

Le taux d'incidence est le premier chiffre à être observé.

 Au 28 février 2021, le département du Rhône recense 816 hospitalisations pour cause de COVID-19, dont 154 en réanimation. Sur ce graphique, vous pouvez retrouver les tendances actuelles, à comparer avec le pic qui correspond à la deuxième vague de l'épidémie au mois de novembre dernier.

Toujours au 28 février 2021, le département de la Drôme recense 235 hospitalisations pour cause de COVID-19, dont 36 en réanimation. 

Le taux d’occupation des lits en réanimation reste important. 74% des patients en réanimation sont des malades du covid actuellement. Le taux de positivité dans la Drôme est de 9,9%, le plus élevé de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Dans ce département, 39% des cas sont dus aux variants, en très grande majorité le variant britannique. La pression hospitalière est en légère baisse, le taux d'occupation des services de réanimation est de 85%, c'est 10% de moins que les chiffres communiqués la semaine dernière.

Avec le graphique ci-dessous, vous pouvez suivre l'évolution du nombre de malades en réanimation et soins intensifs en Auvergne-Rhône-Alpes depuis le 23 mars 2020.

Quelle part des variants ?

La propagation du variant anglais est particulièrement observé, car bien plus transmissible dans la population. Dans la région du 17 au 23 février 2021, avec un taux d'incidence de 232,1 pour 100.000 habitants, la proportion de variants anglais est de 46,1%, celle des variants brésilien et sud-africains est de 3,2%.

Dans la Drôme, selon Santé Publique France, dans la semaine du 16 au 22 février, le variant anglais représentait 36% des cas.

Ce chiffre est maintenant de 39% selon la Préfecture lundi 1er mars.

L'épidémie flambe dans plusieurs commune de la Drôme

La situation devient-elle hors de contrôle actuellement dans le nord de la Drôme? Plusieurs communes sont beaucoup plus touchées que les autres: à Saint-Rambert-d'Albon, mais aussi à Anneyron et Épinouze ou dans le Royans. Selon la Préfecture, "le département est le plus impacté de la région Auvergne-Rhône-Alpes par la circulation du virus."

durée de la vidéo: 01 min 50
Les cas de Covid se multiplient à Saint-Rambert d'Albon (26)

Saint-Rambert d'Albon : 446 cas pour 100.000 habitants, un record

A Saint-Rambert d'Albon, le taux d'incidence est de 446 cas pour 100.000 habitants selon la Préfecture, près de deux fois plus que la moyenne départementale ! 

Un premier cluster a été identifié dans l'Ehpad de la commune. Une quarantaine de résidants et professionnels de santé seraient contaminés. Un médecin généraliste a recensé 15 patients testés positifs cette semaine : ce nombre de cas a doublé en un mois. 

Une vaste opération de dépistage dans cette commune, est donc lancée, ouverte à tous et gratuite, les mardi 2 et mercredi 3 mars, que l'on soit symptomatique ou non. "L'objectif du dépistage est de freiner la propagation du virus en testant les personnes, en particulier celles asymptomatiques et ainsi casser les chaines de transmission" précise la Préfecture dans un communiqué.

► Les centres de dépistage ouverts:

Les dépistages seront effectués par prélèvements naso-pharyngés, sans rendez-vous. Mais l'attente s'annonce déjà longue si beaucoup de personnes se déplacent en même temps.

Les nouvelles mesures dans la Drôme : "des frappes chirurgicales dans notre département"

Dans les communautés de communes du Royans-Vercors, de Porte DrômArdèche et de Drôme Sud Provence, les salles polyvalentes seront fermées pour les activités scolaires, les restaurants seront fermés pour les ouvriers du BTP, et la distanciation devrait être augmentée dans les commerces. 

Le taux d'incidence dans le Royans-Vercors est de 635 selon le préfet de la Drôme. Il s'élève à plus de 1.000 dans plusieurs communes comme Saint-Laurent-en-Royans. Dans le petit village de Saint-Thomas-en-Royans le taux d'incidence atteint les 3.000! Mais ce chiffre est à prendre avec des pincettes car le village ne compte que 600 habitants! Selon le préfet, il suffit d'une contamination dans une seule famille, pour faire exploser les compteurs.

"Le gouvernement nous donne les moyens de faire des frappes chirurgicales dans notre département, c'est ce que nous faisons" explique le préfet de la Drôme: le port du masque est désormais obligatoire dans tous les centre-villes du département, même en zone rurale, et les contrôles de police doivent être renforcés. 

Un nouveau centre de vaccination doit ouvrir dans le Royans mercredi 3 mars. Et à partir du 15 mars, des campagnes mobiles de vaccination doivent être lancées dans les territoires reculés.

Pas de confinement le week-end pour la Drôme ?

Le préfet du département s'est voulu rassurant: "Nous avons un taux d'occupation des services de réanimation de l'ordre de 85%. Et on a encore la possibilité de libérer des lits de réanimation supplémentaires. Pour le moment l'épidémie est contrôlée, mais nous sommes vigilants." Pour l'instant le préfet exclut donc un confinement le week-end, à moins que les statistiques de cette semaine évoluent.

Pour le Rhône, selon nos informations des consultations doivent avoir lieu toute la semaine entre les élus de la Métropole de Lyon, de la ville et la Préfecture. Une première réunion était organisée à Lyon vendredi dernier.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société confinement polémique