Coronavirus. Les stations de ski ferment leurs pistes, la saison est terminée

Édouard Philippe l'a annoncé samedi 14 mars : tous les lieux "non indispensables" recevant du public doivent fermer leurs pistes pour éviter la propagation du coronavirus. Le sort est le même pour les stations de ski dont la fermeture s'effectuera progressivement ce dimanche 14 mars. 
Toutes les stations de ski doivent fermer leur domaine skiable au lendemain de l'allocution d'Édouard Philippe le samedi 14 mars 2020
Toutes les stations de ski doivent fermer leur domaine skiable au lendemain de l'allocution d'Édouard Philippe le samedi 14 mars 2020 © Richard MOUILLAUD / Maxppp
"Les domaines skiables ne se ferment pas en un claquement de doigts", explique Laurent Reynaud, délégué général de Domaines skiables de France. En raison du passage au "stade 3" de l'épidémie de coronavirus, tous les lieux "non indispensables à la vie du pays" ont dû fermer leurs portes dès dimanche 15 mars à minuit. Les stations de ski, dont certaines devaient rester ouvertes encore plusieurs semaines, ne sont pas épargnées. Mais il ne suffit pas de baisser les volets : la fermeture s'effectuera progressivement dans la journée du dimanche 15 mars. 

Une centaine de milliers de vacanciers sont concernés selon Laurent Reynaud. Des vacanciers qui doivent rendre leur matériel, quitter leurs locations et reprendre la route. "Il faut organiser le retour des vacanciers dans le calme, explique le délégué général. Tout le monde ne pouvait pas être parti hier à minuit." Les gens sont nécessairement déçus mais "tout le monde comprend la gravité de la situation", assure-t-il. Toutefois, rien n'empêche ceux qui résident dans des hébergements individuels de continuer à arpenter les pistes en raquettes ou en ski de randonnée mais "avec la grande prudence", rapelle Laurent Reynaud.  
 

 

Des annonces "très soudaines"

Samedi soir, les stations ont été prises de cours en même temps que tous les autres français. "Les annonces ont été très soudaines, déclare Laurent Reynaud. Personne ne s'imaginait que 48 heures après l'allocution du Président, on passerait au stade 3". La station de l'Alpe d'Huez, qui a dû annoncer à ses clients la fermeture des stations au lendemain de leur arrivée (les locations débutant la plupart du temps le samedi), encaisse le mécontentement des vacanciers. "On se douterait que le couperet tomberait", admet-elle. Mais peut-être pas si vite.

Dans un deuxième temps, les stations procéderont au remboursement des forfaits de ski et les centre de vacances à celui des locations. Puis, les conséquences sociales arriveront peu après les employés de la station devront sûrement être mis en activité partielle. 

Laurent Reynaud appelle ceux qui voudraient pratiquer le ski de randonnée "à la plus grande vigilance". En effet les pistes et les remontées seront fermées mais toujours accessibles. "Il n'y a pas d'interdiction formelle de quitter la station", rappelle Laurent Raynaud. Mais sur les pistes, l'activité sera dense. En raison de la fermeture de la station, beaucoup d'engins circuleront. En somme, "c'est un peu comme un chantier, image le délégué général. Et les chantiers, d'habitude, ce n'est pas ouvert au public". 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société sport mondiaux de ski ski