Coronavirus. Et si vous profitiez du confinement pour devenir donneur de voix ?

De l'écrit à l'oreille. Les donneurs de voix lisent pour eux-mêmes, mais surtout pour les autres. Ils enregistrent des livres audio pour les personnes "empêchées de lire". Une activité essentielle pour l'accès de tous à la culture. Une idée solidaire pendant le confinement lié au coronavirus. 

Enregistrer un livre audio pour les personnes empêchées de lire.
Enregistrer un livre audio pour les personnes empêchées de lire. © Cécile Mathy
Etre seule face à son ordinateur plusieurs heures par jour, Odile Janvre sait ce que c'est. Elle n'a pas attendu le confinement dû à l'épidémie de coronavirus pour éprouver la situation. Depuis plus de quinze ans, elle est donneuse de voix.

Une activité solitaire qui consiste à enregistrer des livres audio chez soi, pour des personnes malvoyantes, en situation de handicap ou pour des enfants dyslexiques.  

"Quand on commence à lire pour autrui, on y trouve plus de choses que lorsqu'on lit pour soi-même", explique Odile. A la question de savoir quel ouvrage elle a préféré enregistrer, elle confie : "je les aime tous après les avoir lus à haute voix. Cela devient comme une drogue".

 
Odile Janvre, donneuse de voix
Odile Janvre, donneuse de voix
 

Plus de 45 000 pages lues

Nicole Fantinutti et son mari ont déjà enregistré plus de 45 000 pages, soit environ 150 livres depuis le début des années 2000.

Ils appartiennent, eux aussi, à l'Association des donneurs de voix de la bibliothèque sonore Grenoble-Isère qui alimente environ 300 audio-lecteurs.

Les donneurs de voix peuvent choisir les livres qu'ils ont envie de faire découvrir à d'autres, à condition qu'ils n'aient pas déjà été lus par l'auteur lui-même ou par un comédien.

Ils répondent aussi aux demandes des bénéficiaires, des plus touchantes aux plus drôles. 

"Ils sont friands de romans du terroir, de romans historiques mais aussi d'ouvrages consacrés à la santé", explique Nicole. 

Son mari s'est ainsi plongé dans "touche pas à ma prostate" et Nicole va, elle, commencer une biographie de van Gogh.
 

Prêter sa voix à celui qui ne l'a plus

Mais le couple a aussi pu répondre à la requête plus touchante d'une audiolectrice de 88 ans, veuve depuis quelques mois. Son époux a laissé un manuscrit que l'octogénaire n'est pas en capacité de lire.

Le mari de Nicole a alors fait don de sa voix pour cette lectrice unique. 
 


"Passeurs de livres"

Les 24 donneurs de voix réguliers isérois réussissent à enregistrer environ soixante à quatre-vingts ouvrages par an. Plus que "donneurs de voix", ils se voient comme des "passeurs de livres".

Ces ouvrages peuvent être envoyés sur CD directement par courrier aux bénéficiaires. Pendant le confinement, les bénévoles envoient manuellement des fichiers numériques.

D'ordinaire, plus de 10000 références sont téléchargeables sur la plate-forme du réseau des bibliothèques sonores de France. Il en existe 112 au total sur le territoire français, pour environ un millier de donneurs de voix.

 


Une activité chronophage

Mais l'activité demande "ténacité, opiniâtreté et surtout....beaucoup de temps !", explique Odile Janvre. Pour dix minutes de texte enregistrées, il faut encore au moins une demi-heure "pour nettoyer le fichier audio et proposer un rendu impeccable". Et c'est ce qui peut décourager les nouveaux bénévoles.

Tout est prévu, cependant pour faciliter l'apprentissage des nouveaux donneurs de voix. Ils sont encadrés sur le volet technique et parrainés par un autre bénévole qui les réécoute.

Les plus aguerris pourront ensuite se lancer un nouveau défi : celui d'enregistrer les manuels scolaires. Le protocole est plus stricte. L'association travaille en étroite collaboration avec le ministère de l'Education nationale pour lire ces ouvrages destinés aux enfants dyslexiques.

En attendant la fin du confinement, les bénévoles invitent donc tous ceux qui le souhaitent à s'entraîner à lire à haute-voix.

"On a un déficit énorme sur les classiques", ajoute Odile Janvre.

Il ne vous reste plus qu'à plonger dans votre bibliothèque...


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
livres culture société coronavirus/covid-19 santé