Coupe du monde de biathlon à Ruhpolding (Allemagne) : Martin Fourcade remporte le sprint masculin

Martin Fourcade / © Christof Stache / AFP
Martin Fourcade / © Christof Stache / AFP

Depuis quelques jours le biathlète français semble avoir renoué avec la bonne veine. Ce jeudi 16 janvier Martin Fourcade a remporté la victoire en sprint masculin à la Coupe du monde de Ruhpolding en Allemagne. Et cela devant un autre Français, Quentin Fillon-Maillet.  

Par TD avec AFP

Martin Fourcade, Simon Desthieux et Quentin Fillon-Maillet, trois Français premiers au classement général de la Coupe du Monde de biathlon ! 
 

Martin Fourcade poursuit sur sa lancée: le Français a décroché jeudi sa 3e victoire en 3 courses depuis le début de l'année en dominant le sprint de Ruhpolding pour conforter sa position de leader au classement général de la Coupe du monde de biathlon. 

Sur une piste bavaroise qu'il affectionne particulièrement, Fourcade a confirmé son net regain de forme, après un dernier exercice catastrophique et un début de saison mitigé. Redevenu irréprochable derrière la carabine (10/10) et de nouveau au point sur le plan physique, le quintuple champion olympique, 31 ans, continue de profiter à plein de l'absence pour cause de paternité de Johannes Boe, le tenant du gros globe de cristal, et enchaîne les succès.

Au rythme où évolue en ce moment Fourcade, le Norvégien ferait peut-être bien d'abréger sa pause. Car les courses défilent en 2020 avec un scénario monotone tant le Français semble s'être métamorphosé, reprenant son costume de patron après avoir, comme le reste du circuit, sévèrement subi la loi de l'ogre Boe, vainqueur de 5 des 7 premières épreuves de la saison avant de s'éclipser. 
 

 

80e succès en carrière 
    

"Cela fait plaisir. C'était une course difficile, je n'avais pas de sensations de folie sur les skis. J'ai vraiment dû me faire violence du début à la fin. Mais c'était une course de biathlon excellente parce que j'ai optimisé toutes les parties de la course, j'ai réussi à gagner un peu de temps sur le tir, j'ai été combatif. C'est sans doute l'un des stades les plus exigeants du circuit et une piste qui va très vite. On n'a pas le droit à l'erreur", a déclaré Fourcade sur la Chaîne L'Equipe après avoir signé son 4e succès de l'hiver, le 80e de sa carrière devant Quentin Fillon-Maillet et l'Allemand Benedikt Doll.

Comme à l'accoutumée, le natif de Céret, dans les Pyrénées-Ortientales, n'a toutefois pas été le seul Français à se distinguer, les Bleus ayant encore réussi un beau tir groupé avec également les présences dans le Top 10 de Simon Desthieux et de Fabien Claude, 5e ex-aequo, alors qu'Emilien Jacquelin (12e) et Antonin Guigonnat (13e) n'ont pas eu à rougir de leur course.

Symbole de l'extraordinaire densité de l'équipe de France, Fourcade est désormais suivi par deux de ses compatriotes au classement général de la Coupe du monde, Desthieux (2e) et Fillon-Maillet (3e), auteur de son 4e podium de l'hiver.
 
Mais pas question pour autant pour Fourcade de penser au gain d'un 8e gros globe, le retour encore indéterminé de Boe devant logiquement rebattre les cartes.   

"On n'est pas encore à la moitié de la saison donc je suis très mesuré par rapport au dossard jaune (de leader de la Coupe du monde, ndlr), a lancé l'icône du biathlon français. On va d'abord se concentrer sur la poursuite à venir (dimanche)"

    


 
 

Deux jours après sa victoire sur le sprint à Oberhof, le Français avait déjà  récidivé lors de la mass start du dimanche 12 janvier, reprenant la tête de la Coupe du monde de biathlon et confirmant son net regain de forme.
    
Un renouveau dû en partie à l'absence de son éternel rival Johannes Boe, tenant du gros globe de cristal.

Sa période 2018-2019 catastrophique et son début de saison en dents de scie semblent oubliés et c'est le Fourcade des grands jours qui a débuté en fanfare l'année 2020. 

Le patron du biathlon est de retour avec en prime le dossard jaune de leader du classement général, sa seconde peau durant ses sept ans de domination (2012-2018). Avant de prendre une décision sur la suite de sa carrière à la fin de l'hiver, Fourcade a prouvé qu'il avait encore faim et qu'il ne pensait pas encore à la retraite, même si tout est forcément plus facile sans Boe, vainqueur de 5 courses sur 7 avant de s'éclipser pour cause de congé paternité. 

Il y a quelques jours, Fourcade avait admis que sans Boe, "il arrivait à caler sa course sur (s)es propres repères et non pas sur quelqu'un d'autre", ce dont il avait "besoin pour retrouver la confiance perdue". 
    
    
    
 

Sur le même sujet

Les + Lus