Coupe du monde de ski alpin et protocole sanitaire : "Ça manque de cohérence", selon le skieur Clément Noël

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Alpes avec AFP

Alors que le variant Omicron galope et chahute le grand circuit blanc du ski, le slalomeur français Clément Noël a estimé, mardi 4 janvier, que le protocole pour faire face au Covid-19 manque de rigueur et que les bulles sanitaires devraient être plus strictes.

"Ça manque de cohérence", a déploré le skieur français Clément Noël, ce mardi 4 janvier, à propos du protocole sanitaire mis en place sur la Coupe du monde de ski alpin, avant le slalom de Zagreb ce mercredi 5 janvier, en pleine flambée des cas de Covid-19 et du variant Omicron.

"J'ai pas mal réfléchi au sujet et sur le circuit Coupe du monde je pense qu'on se trompe à demander des tests de moins de 72 heures de la même façon pour les vaccinés et les non vaccinés", a expliqué le slalomeur lors d'un point presse.

"On n'arrive pas à tenir les bulles sanitaires, on croise plein de gens, nos hôtels sont aussi ouverts aux touristes, ça manque de cohérence. Un respect plus strict des bulles me paraîtrait plus judicieux", a ajouté le vainqueur du slalom de Val d'Isère en décembre.

"On a peur que ça nous tombe dessus"

A l'heure actuelle, tout participant à une épreuve de Coupe du monde doit présenter un test PCR négatif de moins de 48 heures (la période de 72 heures vient d'être raccourcie dans le dernier protocole publié) avant d'être réparti dans une "bulle sanitaire" spécifique, avec pour objectif de ne pas croiser les acteurs des autres bulles, un vœu désavoué par la pratique.

"Il y a tellement de cas de Covid-19 qu'on a peur que ça nous tombe dessus à un moment donné, même si on fait hyper gaffe", a assuré le Français à moins d'un mois des Jeux olympiques de Pékin (4-20 février) promis à de strictes restrictions sanitaires.

De nombreux cas positifs dans le circuit féminin

Le skieur de 24 ans n'envisage pourtant "pas du tout" de manquer une étape du circuit mondial avant les JO pour éviter une éventuelle contamination. Noël reste sur une cruelle sortie de piste en toute fin de course à Madonna di Campiglio (Italie) fin décembre alors qu'il se dirigeait vers une victoire écrasante.

Arrivé à Zagreb où il fait figure de favori pour le slalom mercredi, le Vosgien croise avec ses homologues du circuit masculin le circuit féminin, présent en Croatie pour un premier slalom mardi, tous étant logés dans le même hôtel.

Une situation qui peut inquiéter : le circuit féminin est lourdement touché de façon continue par des cas de Covid-19 depuis plusieurs semaines parmi les sportives, les encadrements et les suiveurs