Covid-19 : l'activité de la Compagnie des Alpes a chuté de 28% au cours de la saison 2019-2020

La crise sanitaire liée au Covid-19 a entraîné une baisse 28% de l'activité de la Compagnie des Alpes au cours de la saison 2019-2020. Les stations de ski, tout comme les parcs de loisir que possède la société, ont été touchés.
La compagnie des Alpes gère, entre autres, la station de Tignes, en Savoie.
La compagnie des Alpes gère, entre autres, la station de Tignes, en Savoie. © Sylvain Muscio / MAXPPP
L'activité de Compagnie des Alpes a chuté d'environ 28% au cours de la saison 2019-2020, les parcs de loisirs accusant une baisse sensible de fréquentation au dernier trimestre, toujours sous le coup de la pandémie, tout comme les stations de ski dont la saison a été largement amputée.

Le chiffre d'affaires s'est élevé à 615,6 millions d'euros lors de l'exercice décalé achevé fin septembre, contre 854 millions en 2018-2019 (soit -27,9%) où le groupe a "vécu une crise sans précédent", a déclaré à l'AFP son directeur général, Dominique Marcel, jeudi.

Après un premier semestre "tout à fait satisfaisant" pour sa majeure partie, cet exercice très marqué par la pandémie a vu l'intégralité des domaines skiables et des parcs de loisirs (Futuroscope, Parc Astérix...) du groupe fermer, puis rouvrir "progressivement entre fin mai et début juillet", rappelle-t-il.


Une baisse de 40% sur ce trimestre

En outre, depuis le redémarrage de l'activité au début de l'été, la fréquentation des parcs de loisirs a connu, "du fait de la pandémie, une baisse sensible". 

Ainsi en 2019-2020, ce sont les parcs de loisirs qui ont le plus souffert : leur chiffre d'affaires a fondu de 39%, à 232,1 millions d'euros, et de 30,2% au quatrième trimestre, soit de juillet à septembre. En Belgique, aux Pays-Bas et en Autriche, les parcs "ont dû opérer avec une limitation du nombre de visiteurs simultanément présents".

"Nous prévoyions une baisse de -40% sur ce dernier trimestre, c'est plutôt mieux", dit M. Marcel, soulignant un signe encourageant en France : en août, le taux d'occupation des trois hôtels du parc Astérix a dépassé 90%.
 
Au premier trimestre du nouvel exercice, dont les deux temps forts sont Halloween et les fêtes de fin d'année, le groupe anticipe, "sous réserve de l'évolution de la pandémie", une activité "plus dégradée" que celle du dernier trimestre 2019-2020, prévient-il.


Une offre ajustée

"A la Toussaint, l'offre a été ajustée pour tenir compte de la crise : on modifie les horaires, on supprime les nocturnes et les feux d'artifice, on limite les parades, on aménage certaines attractions", a précisé M. Marcel.
 
Sur l'exercice annuel 2019-2020, les domaines skiables ont, eux, vu leur activité reculer de 18,8%, à 360,2 millions d'euros, lors d'une "saison largement tronquée par la fermeture des domaines", de mi-mars à mi-juin.

L'hiver prochain, les réservations de "last minute vont devenir du last second", dit M. Marcel, avouant avoir un "manque de visibilité total" sur l'activité des stations de ski. Les résultats annuels seront publiés le 8 décembre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie ski tourisme loisirs sorties et loisirs