Critérium du Dauphiné: Chris Froome a eu le dernier mot

Publié le Mis à jour le
Écrit par France 3 Alpes avec A.S.O

Au terme d'une semaine riche en rebondissements, dans laquelle la plupart des leaders d'équipes attendus pour la gagne ont pu s'exprimer, c'est finalement Chris Froome qui a eu le dernier mot en remportant le maillot jaune et bleu en même temps que sa deuxième étape de la semaine.

##fr3r_https_disabled##Ce week-end a permis au leader de Sky de faire le vide autour de lui en deux actes, éliminant d’abord Vincenzo Nibali dans l'étape de Saint-Gervais, puis en détrônant de justesse mais avec autorité Tejay van Garderen dans l'ascension finale à Modane Valfréjus. Au final, c'est avec 10'' d'avance sur son rival américain que Froome inscrit pour la deuxième fois son nom au palmarès du Critérium du Dauphiné. En 2013, son succès obtenu avec une marge bien plus importante (58'' sur son coéquipier Richie Porte) avait précédé une victoire tout aussi nette sur le Tour de France.

13 coureurs en tête

139 coureurs prennent le départ de Saint-Gervais, l'équipe Sky ayant perdu un de ses équipiers, Luke Rowe, malade. Au kilomètre 4, Wilco Kelderman lance un mouvement dans lequel il est immédiatement suivi par Izaguirre (Movistar), Pires (Tinkoff), Quemeneur, Sicard (Europcar) et Cummings (MTN). Un peu plus loin, Tony Martin rejoint le groupe (km 19), qui continue d’enfler par vagues de contre-attaques successives pour atteindre sa configuration la plus volumineuse au km 28, avec le renfort de Boom (Astana), De Clercq (Lotto-Soudal), Smukulis (Katusha), T.Martin (Etixx), Gautier, Simon (Cofidis) et Timmer (Giant). A ce stade, l'échappée bénéficie d'une marge de 3'20'', que les coureurs de Sky s'attachent à contrôler.

Un raid solitaire pour Martin

A la mi-course, le groupe de tête aborde la côte de Saint-Georges-d'Hurtières avec une avance toujours stable autour de 3'. A la bascule, Tony Martin décide de fausser compagnie à cette bande et de se lancer dans un raid solitaire, qui l'emmène dans un premier temps sur les Lacets de Montvernier. Le coureur allemand les enfile en augmentant son avantage: au sommet, il peut capitaliser sur un matelas de 1'45'' par rapport à ses premiers poursuivants, et 3'50'' sur le peloton.

Cummings prend le relais de Martin

Toutefois, la machine à rouler commence à s'essouffler dans la vallée de la Maurienne. A 20 km de l'arrivée, Martin n'a plus qu'une trentaine de secondes sur ses huit rivaux directs (Boom (Astana), Kelderman (Lotto-Jumbo), De Clercq (Lotto-Soudal), Izaguirre (Movistar), Pires (Tinkoff), Gautier, Sicard (Europcar), Simon (Cofidis) et Cummings (MTN). Il est rejoint à l'entrée dans la côte de Saint-André, où Cummings parvient à son tour à s’isoler. Le Britannique passe seul au sommet, et aborde la montée finale avec 50'' d'avance sur un groupe de favoris qui a largement fondu… et où se préparent des attaques.

Il manque 10'' à Van Garderen

Vincenzo Nibali surprend en prenant les commandes du peloton, mais la pression du champion d'Italie sert uniquement à préparer une offensive de son coéquipier. Pourtant, Michele Scarponi ne parvient pas à se défaire de Wouter Poels et de Chris Froome, qui continuent d'essorer les favoris. Joaquim Rodriguez tente à son tour sa chance à 4,5km de la ligne, mais ne passe qu’un petit kilomètre à la chasse à l'étape. L'attaque décisive est comme la veille déclenchée par Chris Froome, qui dépose ses adversaires à 2,5km du but, fond immédiatement sur Cummings, et file vers une deuxième victoire consécutive. La question du classement général reste posée, puisque Tejay van Garderen, légèrement décroché, continue d'y croire. A l'arrivée, il manquera pourtant 10'' à l'Américain pour conserver jusqu'au bout ce maillot jaune et bleu.