Déconfinement : les maires de Clermont-Ferrand, Aurillac, Moulins, Le Puy-en-Velay interpellent le ministre de la Santé

Depuis le jeudi 30 avril, sur la carte du déconfinement, l'Auvergne est désespérement orange, au grand dam de certains élus. / © Ministère des Solidarités et de la Santé
Depuis le jeudi 30 avril, sur la carte du déconfinement, l'Auvergne est désespérement orange, au grand dam de certains élus. / © Ministère des Solidarités et de la Santé

Mercredi 6 mai, les maires de Clermont-Ferrand, du Puy-en-Velay, d'Aurillac et de Moulins ont écrit au ministre de la Santé. Dans cette lettre, ils expriment leur incompréhension après le classement en orange des 4 départements d’Auvergne dans la carte du déconfinement.
 

Par Catherine Lopes

Dans une lettre rendue publique le mercredi 6 mai, les maires de Clermont-Ferrand, de Moulins, d’Aurillac, du Puy-en-Velay interpellent le ministre de la Santé, Olivier Véran. Ils expriment leur incompréhension après le classement en orange par le ministère de la Santé des 4 départements auvergnats.
La lettre commence ainsi : « Bien que temporaire, ce classement laisse envisager, d’ici au lundi 11 mai, une possible bascule en rouge pour nos départements et ainsi un protocole de déconfinement plus strict. Comme l’ensemble des Auvergnats, nous sommes extrêmement surpris de cette classification, qui ne correspond pas à la situation sanitaire constatée au plan local. Classés en vert sur le critère de la circulation active du virus, nos départements sont en synthèse répertoriés en orange du fait de la tension hospitalière qui pèse sur certains départements de l’ancienne région Rhône-Alpes. Ainsi, le caractère régional de ce second critère ne permet pas de prendre en considération la situation sanitaire réelle de l’Auvergne ».
 

Le maintien en orange n’est pas très confortable pour nous

Olivier Bianchi, maire PS de Clermont-Ferrand, affirme : « Le classement est important. Le but n’est pas d’être bien noté. Plus vite nous saurons quelle sera notre couleur, plus vite nous pourrons mettre en œuvre un plan de déconfinement. Ce n’est pas tout à fait la même chose si vous êtes en rouge ou en vert. Le maintien en orange n’est pas très confortable pour nous ».

L'union sacrée ?

Avec cette lettre, les élus signataires ont mis de côté leurs divergences politiques, puisque Olivier Bianchi et Pierre Mathonier sont socialistes tandis que Michel Chapuis, maire du Puy-en-Velay, est à l'UDI et que Pierre-André Périssol, maire de Moulins, est membre des Républicains. Pierre Mathonier, maire PS d’Aurillac salue cette initiative au-delà des clivages : « C’est très bien que nous soyons tous les 4. Il y a le spectre politique droite gauche, c’est œcuménique, et cela a de l’importance, même si ce classement vert n’a pas énormément de conséquences. Notre territoire n’a pas eu la pandémie connue ailleurs, notamment en région lyonnaise ». Olivier Bianchi ajoute : « Je ne sais pas si c’est l’union sacrée. Vous remarquerez que depuis le début je fais assez peu de polémiques. Je fais des réunions avec le pôle métropolitain pour discuter économie avec les élus de Vichy et Clermont-Ferrand. Il y a des gens de droite, des gens de gauche. Ce qui nous préoccupe c’est l’intérêt des habitants et c’est tout ».

Une polémique née sur les réseaux sociaux

Sur Twitter, Frédéric Bonnichon, président LR de la communauté d’agglomération Riom Limagne et Volcans, s’est étonné de n’avoir pas été associé à cette lettre. Il confie : « Moi comme d’autres avons trouvé étonnant que les autres maires des villes sous-préfectures d’Auvergne ne soient pas associés. C’est peut-être pour cela que Périssol et Chapuis se sont rajoutés. Ca fait un peu rattrapage, non ? Je trouve étonnant dans cette crise que tous ceux qui disent jouer collectif jouent en fait individuel. Si on veut être complet, il faut rajouter Montluçon et Vichy ».
Olivier Bianchi lui répond : « Avec cette lettre on a essayé d’aller assez vite. J’imagine que sur les attendus de cette lettre les élus qui veulent s’associer sont les bienvenus. J’ai vu que Frédéric Bonnichon a exprimé son désaccord avec cela. Ce n’est pas une démarche que je réserve à moi-même, elle est ouverte à tous ceux qui se reconnaissent là-dedans. Il y a des chiffrages qui sont régionaux et en faisant cela la région est maltraitée, alors qu’on nous expliquait que c’était une carte départementale ».

Objectif : passer au vert

Dans leur lettre les signataires indiquent : « À une semaine du déconfinement, cette classification impacte également l’état d’esprit des enseignants et des parents d’élèves au moment où nous préparons collectivement la reprise scolaire du mardi 12 mai. Aussi, nous vous demandons de bien vouloir évaluer la classification des départements auvergnats en privilégiant l’échelon départemental et non régional pour le critère relatif à la tension hospitalière sur les capacités de réanimation ». Frédéric Bonnichon, président LR de la communauté d’agglomération Riom Limagne et Volcans conclut : « Je pense qu’avec cette lettre on est dans le jeu politique. J’espère que les critères seront objectifs. Je n’ose même pas le croire. Cette couleur orange a été inventée pour faire patienter les uns et les autres et maintenir une certaine pression. Je ne peux pas imaginer une autre couleur que le vert pour les départements auvergnats. Si cela passe au vert, cela permettra aux 4 signataires de dire que c’est grâce à eux ». 
Cette lettre des 4 maires auvergnats fait suite à celle adressée au ministre de la Santé le lundi 4 mai par les présidents des Conseils départementaux de l'Allier, du Cantal et de Haute-Loire, et qui plaidaient pour un classement en vert des départements auvergnats.

Sur le même sujet

Les + Lus