Djihad : Deux hommes arrêtés à Grenoble mis en examen "pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste"

Lundi 27 juillet, trois hommes avaient été arrêtés à proximité du Cours Berriat, à Grenoble. Des arrestations liées à une enquête sur des soupçons de départs pour le djihad, dirigée par le pôle antiterroriste du parquet de Paris. 2 ont été mis en examen, le troisième est sous contrôle judiciaire.

Quatre hommes d'une vingtaine d'années ont été mis en examen, notamment pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, dans deux dossiers de filières syriennes, a-t-on appris ce samedi 1er août samedi de source judiciaire.

Dans le premier dossier, trois hommes arrêtés en début de semaine dans la région grenobloise sont soupçonnés d'être en relation avec un jihadiste installé en Syrie et d'avoir tenté de rejoindre ce pays au nom du jihad, selon cette source.

L'un d'eux, âgé de 21 ans, originaire de Seyssinet-Pariset (Isère), a été laissé libre sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet.

Les deux autres, âgés de 25 et 22 ans et respectivement originaires de Vesoul et de Grenoble, ont été incarcérés dans l'attente d'un débat différé qui aura lieu la semaine prochaine sur le placement en détention provisoire requis par le parquet.

Dans le second dossier, un homme de 21 ans qui avait été interpellé en début de semaine à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) a été mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste et financement de terrorisme. Il a été placé en détention provisoire.

Dans le cadre de cette enquête, une jeune femme, qui s'était rendue en Syrie avant d'en revenir et d'être arrêtée par les autorités turques puis transférée en France, avait été mise en examen fin juin.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité