Drôme/Ardèche : les réservations du mois de mai redonnent le sourire aux professionnels du tourisme

A partir de ce lundi 03 mai, les professionnels du tourisme peuvent de nouveau rouvrir leurs portes à la clientèle de loisir. Les réservations vont bon train pour les deux week-ends fériés du mois de mai, l'Ascension et la Pentecôte. De quoi redonner le moral même si les inquiétudes persistent.

Au camping du Ranc Davaine à Saint-Alban-Auriolles, l'un des plus gros campings du sud Ardèche avec ses 300 mobil-homes, "c'est un peu le feu" d'après Richard Baber, chargé de communication. Les dernières déclarations du chef de l'Etat, du mercredi 28 avril, ont lancé véritablement les réservations. Pour les deux week-end fériés du mois de mai, le camping du Ranc Davaine est rempli à plus de 50% et celui d'Aluna Vacances, géré par le même propriétaire est quasiment plein. "On est plutôt optimiste" avoue Richard Baber qui voit enfin la saison démarrer.

Un démarrage de saison avec un mois de retard

D'habitude la saison touristique démarre début avril. L'année dernière avec la covid, elle avait commencé au 12 juin 2020 après plus de deux mois d'attente.

Les premiers touristes du camping du Ranc Davaine sont attendus pour ce vendredi 07 mai, jour d'ouverture. Les premiers vacanciers devront néanmoins patienter encore quelques jours pour profiter des terrasses et des piscines programmées pour rouvrir à partir du 19 mai.

Du côté des Gites de France en Ardèche, "ça n'arrête pas de sonner à la centrale de réservation" selon Fabrice Tareau, son directeur. Le mois de mai s'annonce même meilleur que celui de l'année 2019 quand il n'y avait pas encore la covid. Gîtes de France enregistre plus de 50% de réservation en plus sur le mois entier comparé au mois de mai de 2019. 

Chez les voisins, en Drôme, la situation est similaire. Les réservations se multiplient sur un rythme plutôt régulier. Edmond Abouzied, Président de l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie (Umih) de la Drôme et gérant de l'Hôtel Saint-Jacques à Valence est satisfait de cette reprise. 

Pour son établissement, il enregistre principalement des réservations de personnes âgées venant de Paris et même du nord : "On sent que les gens ont envie de repartir, de profiter du soleil pendant ces deux longs week-ends à venir". L'heure est donc à la préparation pour l'accueil de ces premiers vacanciers. Les gérants passent enfin commande auprès de leurs fournisseurs et rappellent des salariés au chômage partiel.

Des inquiétudes encore nombreuses

Si les annonces de réouverture ont redonné du baume au coeur aux professionnels du tourisme, les inquiétudes persistent toujours. Un accord concernant le protocole sanitaire est actuellement en cours d'élaboration avec les organisations syndicales et le ministère de l'Economie, des Finances et de la Relance. Les établissements qui ne possèdent qu'une petite terrasse s'interrogent toujours de l'opportunité d'ouvrir ou pas le 19 mai. Avec quel protocole sanitaire ? Les mesures prises seront-elles les mêmes que celles du dernier protocole ? Les hôtels pourront-ils ouvrir leur terrasse à d'autres personnes que celles de leur clientèle-hôtel ? Ce sont beaucoup de questions qui, pour le moment, n'ont pas encore trouvé de réponses.

Le soutien financier auquel ces professionnels ont droit est prolongé en mai. A partir du mois de juin et jusqu'en août, ces aides seront désormais calculées en fonction du chiffre d'affaire de l'établissement et viendront en complément de leurs recettes.

Les gérants des discothèques sont les grands oubliés de ce redémarrage. Pour le moment, aucune date de reprise n'a été annoncée.   

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie déconfinement covid-19 emploi vacances sorties et loisirs