Coronavirus et vacances : la ruée vers les camping-cars, et si c'était la bonne alternative ?

Alors que la destination des vacances est remise en cause par la crise du Covid 19, le camping-car semble être la solution du moment. Il se prête aux choix de dernière minute et permet d'éviter la foule. Une formule qui suscite un fort intérêt actuellement, pour la location comme pour l'achat.

Image d'illustration
Image d'illustration © DR.
Peur des plages saturées et des centre-villes assaillis par la foule, respect de la distanciation physique, la crainte du virus remet bon nombre de projets de vacances en cause.Alors que le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé qu'il sera permis de prendre ses congés en France cet été, mais que les séjours à l'étranger sont remis en question, la formule des vacances itinérantes en camping-car pourrait bien être la bonne alternative.

Un intérêt que constate Christian Millot, le président du Camping-car Club Rhône Alpes, qui compte près de 800 membres. "J'ai des coups de fil tous les jours d'adhérents qui se demandent s'ils font bien de partir mais aussi de novices qui veulent se lancer dans la location. Parmis eux, il y a pas mal de jeunes couples de 30 à 45 ans qui se tournent vers nous. Ils veulent tester les vacances itinérantes cette année, pour pouvoir s'adapter aux incertitudes actuelles, notamment concernant l'ouverture des campings".

Dans ce cas-là, les aires de camping-car peuvent répondre au problème. Il en existe plusieurs centaines en France et bon nombre d'applications les répertorient, comme park4night ou encore campingcarpark.

Pas de problème de distanciation alors, les emplacements sont avec des distances suffisantes."Ce qui est sûr, c'est qu'en camping-car, on ne se pose pas toutes ces questions sanitaires, vu que l'on emporte la maison avec soi. On est comme chez soi, sans crainte de toucher un robinet ou un tissu infecté, affirme Christian Millot. On est complètement autonome pour la cuisine et la toilette. Il n'y a pas plus sécurisé".

 

Consommer sur place


Aménagées par les communes, ces aires pour camping-car affichent des tarifs accessibles et permettent de renouveler son stock d'eau fraîche et de vidanger les eaux usées. "En contrepartie, il est normal de consommer sur place auprès des commerçants locaux. C'est dans l'esprit du camping-car... Aller à la rencontre des producteurs et des acteurs de la vie locale tout en respectant le site".

Pour ceux qui veulent passer des soirées en toute quiétude, il y a le réseau France Passion. Moyennant un abonnement, il donne accès à une liste de 2000 adresses de producteurs de produits du terroir qui sont équipés pour recevoir des camping-car en nuitées. C'est l'opportunité en plus de découvrir la vie de l'exploitation. Cet attrait pour la découverte de proximité pousse les visiteurs chez les concessionnaires.

A Alpes Evasion, à Voglans, prés de Chambéry, Hervé Quenard, le directeur commercial, ne sait plus où donner de la tête."On sent que les vacances vont se passer plutôt à la montagne qu'à la mer, dit-il. Les gens ne veulent pas subir la situation. Ils veulent pouvoir s'adapter, faire une halte sur un col en Savoie un jour, une virée en Ardèche plus tard, une balade dans le Vercors ensuite... mais ils n'envisagent pas d'être bloqués sur un site plusieurs semaines. Et puis, ils ne savent pas si les restaurants seront ouverts, alors, il veulent pouvoir se faire à manger tout seuls, et ils viennent nous voir, autant pour acheter que pour louer un camping-car. D'ailleurs, nous avons renouvelé tout notre parc de location pour répondre à la demande"

 

Des stocks faibles


La demande est forte donc, autant pour des fourgons aménagés que pour les camping-cars proprements dits. "Cela ne va pas rattrapper les 2 mois de perdus en pleine saison, mais actuellement, on travaille à 120% de nos capacités habituelles". Et paradoxalement, les stocks de véhicules sont faibles, affirme Hervé Quenard. Les ateliers des constructeurs, comme Fiat, se sont arrêtés et ils ont repris en mode dégradé.
"La priorité des constructeurs est maintenant de livrer les véhicules déjà commandés pour l'été. Aussi, nous avons trés peu de disponibilité".

Il est possible aussi de se tourner vers le marché de l'occasion, très dynamique, avec un marché qui progresse de 15 % par an depuis 25 ans. La clé pour des vacances inédites, même à moins de 100 km de chez soi.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sorties et loisirs loisirs vacances nature coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter