Drôme : "C’est un soulagement immense", 8 des 10 lémuriens volés au zoo d'Upie retrouvés, 2 ardéchois en garde à vue

Epilogue rassurant pour 8 des 10 lémuriens volés dans la nuit du 22 au 23 août au zoo d'Upie dans la Drôme. 2 hommes ont été présentés au parquet, ce mercredi 1 septembre, dans le cadre d'une information judiciaire. La gendarmerie de Crest, chargée de l'enquête, a permis de retrouver les animaux.
8 des 10 lémuriens volés au zoo d'Upie ont regagné leur enclos en bonne santé
8 des 10 lémuriens volés au zoo d'Upie ont regagné leur enclos en bonne santé © Laure Crozat

Il y a une dizaine de jours, le lundi 23 août, Christelle Monthulé, responsable au zoo d'Upie, découvre avec effroi le vol de 12 primates. 10 lémuriens et 2 tamarins ont été dérobés. 8 d'entre eux ont été retrouvés dans un véhicule qui tentait de fuir un contrôle routier. Deux individus ont été placé en garde à vue

"C’est un soulagement immense, presque inespéré, mais on est rassuré qu’aux 2/3. 4 primates n’ont toujours pas été retrouvés.»  Alexandre Liauzu, gérant du zoo d’Upie dans la Drôme, le reconnait depuis le lundi 23 août, les émotions se succèdent après le vol de 10 lémuriens et 2 tamarins.

Stressés mais en bonne santé

Les primates ont retrouvés leur loge au zoo depuis dimanche dernier, le 29 aout 2021, mais pour les besoins de l’enquête le retour dans leurs pénates a été gardé secret.

Pour le moment, ils ne sont pas présentés au public, encore stressés par leur mésaventure. Le vétérinaire du zoo les a examinés. Les animaux sont en bonne santé physique bien que détenus dans des conditions déplorables. Les lémuriens étaient entassés dans des caisses sans pouvoir bouger.

Dispositif de surveillance

La gendarmerie de Crest avait mis en place un dispositif de surveillance, y compris la nuit, sur les véhicules susceptibles de transporter des animaux. Dans la nuit de dimanche dernier, le 29 aout, une camionnette a refusé d’obtempérer, les gendarmes ont alors coincé le véhicule et découvert les lémuriens enlevés. Les deux occupants du véhicule sont placés en garde à vue. Le gérant du zoo a immédiatement été contacté pour identifier les primates. « Ce sont eux, c’est sûr, c’est les nôtres. » a lâché Alexandre Liauzu dès qu’il les a aperçu, « Nos animaux sont pucés mais je les ai reconnus. »

Trafic d'animaux sauvages

Deux hommes "connus judiciairement" ont été déférés au parquet de Valence hier après-midi, mardi 31 aout.  Un des deux hommes, originaire d'Ardèche, est placé en détention provisoire pour recel de vol aggravé, le second, un grenoblois est également sous les verrous. 

Les enquêteurs cherchent à remonter la filière pour trouver les commanditaires de ce commando. Le lémurien, animal emblématique de Madagascar est la cible de nombreux trafics.

Inquiétude pour les animaux manquants

Soulagé, il ramène chez eux ses petits pensionnaires mais il garde le cœur serré : 4 primates manquent à l'appel. "Il s'agit de 2 bébés lémuriens, pas encore sevrés et de deux tamarins, des petits singes très fragiles. Au zoo, ils ont les soins et les infrastructures nécessaires, ils ne doivent pas être brusqués. Nous sommes inquiets pour le devenir de ces 4 primates. Ils faut les retrouver au plus vite. L'appel à témoin de la gendarmerie est maintenu."

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature zoo justice