Aides municipales : Olivier Véran scandalisé par la décision du maire de Valence(26) de priver une famille de subvention

Très médiatisée depuis sa mise en place lundi par le conseil municipal de Valence (26), la décision de Nicolas Daragon (LR) de sanctionner des parents pour les actes de délinquance de leurs enfants a fait bondir le ministre de la santé et des solidarités, qui la juge "scandaleuse". 

"Cette décision me scandalise" a tweeté le ministre de la Santé Olivier Véran
"Cette décision me scandalise" a tweeté le ministre de la Santé Olivier Véran © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Lundi 14 décembre, le maire de Valence Nicolas d'Aragon (LR) a décidé de supprimer plusieurs aides municipales si l'un des membres d'une famille a été condamné pour des troubles à l'ordre public, s'il a fait l'objet d'un rappel à l'ordre, ou en cas de refus d'accompagnement de la part des parents.

La réaction du Ministre de la santé et des solidarités ne s'est pas faite attendre très longtemps. Sur le réseau twitter, Olivier Véran (Rem) fustige la décision votée par la Ville de Valence, expliquant "qu'un enfant n'a pas à être puni (...) Cet arrêt me scandalise" ajoute le ministre.

La décision du maire de Valence a également été l'objet d'un long article de nos confrères du journal Le Monde. Le quotidien national s'interroge sur l'efficacité de cette décision, et rappelle qu'il s'agit d' " un vieux débat de la droite et de l’extrême droite, qui réclament régulièrement la suspension des allocations familiales pour les familles de délinquants."

Un politique pénale de proximité mise en place à Vaulx-en-Velin

Régulièrement concernée par des problèmes de délinquance, la Ville de Vaulx-en-Velin vient de mettre en place un protocole relatif à la mise en œuvre d'une politique pénale de proximité. Il a été élaboré avec Nicolas Jacquet, procureur de la République du tribunal judiciaire de Lyon.

Ce partenariat renforcé, une première en France, vise "à mieux lutter contre les comportements inciviques et les atteintes à la sûreté et à la tranquillité publiques (ex : tapage nocturne, dépôts sauvages, outrages sexistes, abandon de l'épave d'un véhicule, etc.) en proposant une réponse rapide, conjointe et de proximité, en alternative aux poursuites judiciaires." a expliqué la municipalité.

Hélène Geoffroy maire (PS) de Vaulx-en-Velin : "ce genre de mesures... C'est surtout un "effet d'annonce"
Hélène Geoffroy maire (PS) de Vaulx-en-Velin : "ce genre de mesures... C'est surtout un "effet d'annonce"

Interrogée sur ce type de sanction très médiatique qui consiste à menacer de suspendre une aide municipale à une famille, la maire de Vaulx-en-Velin, Hélène Geoffroy (PS), ne donne pas crédit à l'idée de sanction mise en place par Nicolas Daragon. "En réalité, quand on est maire, on n'a aucun poids sur les allocations. Ce sont des organismes nationaux qui les attribuent. Donc ce genre de mesures... C'est surtout un "effet d'annonce". Moi, je fais déjà du rappel à l'ordre. Je reçois, dans mon bureau, les familles et les mineurs délinquants notamment, pour un rappel à l'ordre, et, derrière, un contrat signé d'engagement. Ca donne des résultats. Je pense notamment aux cas de troubles du voisinage. Et puis on a aussi une cellule spécialisée pour les jeunes de 17 ou 18 ans. Ceux pour lesquels on se dit que cela peut basculer du mauvais côté. Dans ces cas là, tout le monde se met autour de la table, y compris la Mission locale, pour des questions d'emplois et de formation. Je fais les deux : j'arme ma police municipale et je supervise tout un travail de médiation et de prévention, notamment autour des cités éducatives."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité société politique