Ardèche : "C'est un lieu qui est partagé, on peut venir au jardin sans faire de jardinage"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Ana K.

En Ardèche, le quartier prioritaire de Pont d’Aubenas a fait peau neuve grâce à ses habitants. Au cœur des maisons, un espace a été réaménagé en jardin potager. La verdure a remplacé le béton dans ce quartier historique de la ville. Légumes, moment calme, jeux, échanges... chacun vient y cueillir ce dont il a besoin.

Un lopin de terre divisé en plusieurs parcelles au centre d'habitations, il n'en fallait pas plus pour redonner vie à tout un quartier, initier des rencontres entre jardiniers amateurs de tous âges. 

A quelle date planter ses pommes de terre ? " Après le 14 mai, après les saints de glace" affirme l'un, "arrête avec tes saints de glace !" répond l'autre du tac au tac. L'ambiance est bon enfant et chacun est prêt à aider son voisin de potager. 

Converser, échanger avec la main verte ou pas 

Mathis et son camarade Chris Emerson n’ont pas attendu la mi-mai avant de planter leurs légumes. Accroupis, ils constatent "les patates ont bien poussé depuis quelques jours."

Sa casquette bleue sur la tête, Stéphane Jamot vient tous les jours. Il habite le quartier depuis une dizaine d'années et ce jardin partagé il l'a appelé de tous ses vœux. "C'est un lien pour le quartier, en plus y'a du passage, dit-il en désignant les habitations alentours, c'est super", conclut-il appuyé sur son râteau.

Partager et vivre ensemble

L'interaction entre les habitants, c'est ce qui caractérise le plus cette initiative de jardin partagé. 

Mustapha Gagou, le directeur du centre social "Au fil de l'eau" explique «Pour nous ce qui est important, c'est le lien social dans ce quartier. C’est de faire se rencontrer les habitants, en fait. C’est un quartier qui est particulier dans le sens où  il y’a de l’habitat HLM, de l’habitat privé, des pavillons... énumère-t-il. C’est un lieu qui est partagé en fait. On peut venir au jardin sans faire du jardinage».

Un peu plus loin Christophe Martial, lui, ne lâche pas son râteau, «Ah oui, ça fait plaisir de travailler la terre, surtout que j’habite dans un immeuble où je n’ai pas de terrain.  J’ai juste une petite terrasse. C’est vrai que c’est agréable. En plus, revoir les anciens, les séniors, c’est assez important, on se retrouve».



Moins de béton, plus de vert, les habitants ont pris la végétalisation de leur quartier en main.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité