Crest : le projet de centre aquatique définitivement coulé

Les contestations et les retards ont eu raison de cet ambitieux projet. / © Agence Costes Architectes.
Les contestations et les retards ont eu raison de cet ambitieux projet. / © Agence Costes Architectes.

La communauté de communes du Crestois et du Pays de Saillans a tranché. Une majorité d'élus s'est prononcée pour l'abandon d'un projet de centre nautique jugé disproportionné pour ce territoire drômois de 15 000 habitants. Le maire de Crest dénonce un échec de la collectivité.

Par Sandra Méallier

Hervé Mariton en rêvait... La communauté de communes y a renoncé. Le maire de Crest, dans la Drôme, voulait doter son territoire d'un centre aquatique complet avec bassins intérieur et extérieur, sauna et jacuzzi. Après des années de débats, d'études et de polémiques, le programme a été définitivement enterré.

Le dossier était dans les cartons de la 3CPS (communauté de communes du Crestois et du Pays de Saillans) depuis 2014. Un chantier de 9 millions d'euros qui avait ses détracteurs : à l'automne 2018, un clip vidéo posté sur internet dénonçait, sur une chanson rap, un dérapage budgétaire et une hausse prévisible des impôts locaux.

Des obstacles financiers et techniques

La Chambre régionale des comptes avait elle-même rendu un rapport défavorable. Elle épinglait le plan de financement du centre aquatique, car 68 % du budget de cet équipement serait supporté par des subventions externes à la communauté de communes. 

S'ajoutait à cela des difficultés techniques. La commune de Crest avait proposé deux terrains pour l'accueillir. Le premier posait des problèmes de cohabitation avec la SNCF, le second nécessitait de lourds travaux préparatoires pour des raisons géologiques et hydrologiques.

La sévérité d'Hervé Mariton

D'où ce vote du Conseil communautaire, mercredi 15 mai. A bulletin secret, par 21 voix contre, 17 pour, et un vote blanc, les élus se sont prononcés pour l’arrêt du projet. "La sagesse m'amène à me positionner contre la poursuite de ce projet sur ce terrain",  a déclaré Gilles Magnon, le président de la 3CPS. 

De son côté, Hervé Mariton n'a pas caché sa déception. Il n'a pas hésité à déclarer que "la 3CPS ne survivra pas à cet épisode parce qu'elle a montré qu'elle n'était pas capable de porter un projet structurant". Il envisage de relancer son idée en s'associant avec la communauté de communes voisine du Val de Drôme.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus