Déconfinement : privés d'école, des parents d'élèves de Montmeyran (Drôme) font classe dans les bois

Sur le tableau, est inscrit "classe ouverte". Autour, quelques petites chaises et bureaux en pleine forêt... Des parents d'élèves de Montmeyran dans la Drôme ont installé une "classe sauvage"  pour protester contre la décision du maire du village de ne pas rouvrir leur école.

Parce qu'ils sont privés d'école, des parents d'élèves de Montmeyran, dans la Drôme, ont décidé de faire la classe dans les bois. Il s'agit d'une "classe sauvage"  pour protester contre la décision du maire du village de ne pas rouvrir leur école.

Sous une guirlande accrochée aux arbres, une dizaine d'enfants tous masqués, écoute une maman leur faire la classe. Une solution élaborée en urgence quand les parents de l'école Roger Marty ont découvert que leur établissement scolaire ne rouvrirait pas ce lundi comme prévu. 
 


Cette rentrée d'après confinement a presque un air de classe verte. Mais un vent de protestation flotte dans les sous-bois drômois. Certains parents de Montmeyran, petit village de la plaine de Valence, regrettent la décision du maire, Bernard Brunet, de ne pas rouvrir l'école communale.
 

Une décision incompréhensible pour les familles

"C'est une décision inexpliquée, unilatérale et pénalisante pour les familles qui devaient reprendre le travail avec le déconfinement" indique Damien Boyer. Selon ce père de famille "plus de 80 enfants voulaient reprendre la classe. Le sondage, réalisé par l'équipe enseignante, était très clair".

Aujourd'hui, un collectif de parents d'élèves demande officiellement les clés de l'école pour organiser une classe alternative. "Comme les rassemblements de plus de 10 personnes sont  toujours interdits, nous ne pouvons pas accueillir plus de 10 écoliers. J'espère que d'autres quartiers organiseront également leur classe sauvage pour enfin faire réagir les élus."
 

Une "décision tripartite" selon la mairie 

De son côté, le maire Bernard Brunet explique que la décision de ne pas rouvrir les 2 groupes scolaires communaux  a été prise en accord avec l'inspectrice de l'Education nationale de la circonscription et les directeurs des établissements concernés.

Pour la maternelle, il était impossible de respecter strictement le protocole sanitaire national et maîtriser les gestes barrières. A l'école élémentaire, nous sommes confrontés à des difficultés d'accès. Il n'y a pas d'ouverture différenciée sur l'extérieur, impossible donc d'éviter les croisements et les brassages d'élèves.  Idem pour accéder aux sanitaires, les lavabos et toilettes ne sont pas assez espacés dans ce groupe scolaire vieillissant.


Bernard Brunet indique qu'une réflexion est en cours pour permettre une réouverture partielle des écoles le 2 juin prochain. "Surement avec des effectifs restreints. Nous accueillerons probablement en priorité des demi-groupes et les élèves de CM2 qui ont besoin d'une re-scolarisation, une piqûre de rappel avant leur entrée au collège."