Drôme. Attaque de Romans-sur-Isère : la garde à vue de l'assaillant est prolongée

La garde à vue de l'assaillant dans l'attaque au couteau à Romans-sur-Isère (Drôme) samedi 4 avril en fin de matinée, est prolongée. Il affirme "ne pas se souvenir de ce qui s'est passé".  Une expertise psychiatrique est prévue.
4 avril 2020. Armé d'un couteau, Abdallah Ahmed-Osman a agressé des passants dans la rue et des personnes dans des commerces. Il en a tué deux et en a blessé cinq autres.
4 avril 2020. Armé d'un couteau, Abdallah Ahmed-Osman a agressé des passants dans la rue et des personnes dans des commerces. Il en a tué deux et en a blessé cinq autres. © FTV
La garde à vue de l'assaillant d'Abdallah Ahmed-Osman, le réfugié soudanais qui, samedi 4 avril, a tué deux personnes dans une attaque au couteau samedi à Romans-sur-Isère (Drôme), a été prolongée ce lundi 6 avril en fin de matinée, a appris l'AFP de source judiciaire.

La garde à vue d'un deuxième homme, interpellé chez Abdallah Ahmed-Osman, a également été prolongée. Celle d'un troisième Soudanais arrêté samedi 6 avril au soir,et  qui résidait dans le même foyer que l'assaillant, est toujours en cours, selon cette source.

Armé d'un couteau, Abdallah Ahmed-Osman a agressé des passants dans la rue et des personnes dans un bureau de tabac, une boucherie et une boulangerie. Il en a tué deux et en a blessé cinq autres.

Le parquet national antiterroriste a été saisit du dossier et a ouvert une enquête, notamment pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle".

Selon une source proche de l'enquête, Abdallah Ahmed-Osman a affirmé en garde à vue "ne pas se souvenir de ce qui s'est passé". 
Une expertise psychiatrique sera menée ultérieurement.

Lors d'une perquisition à son domicile, ont été trouvés "des documents manuscrits à connotation religieuse dans lesquels l'auteur des lignes se plaint notamment de vivre dans un pays de mécréants", selon le Parquet National Antiterroriste, "a priori" écrits par lui.
 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
terrorisme faits divers police société sécurité justice coronavirus/covid-19 santé