Drôme: COMURHEX1 laisse la place à COMURHEX2

Publié le Mis à jour le
Écrit par Isabelle Gonzalez
Le 02/01/2018
Le 02/01/2018 © France3 RA

Une page qui se tourne sur le site nucléaire du Tricastin: l'usine COMURHEX1 construite en 1962 n'est plus aux normes. Elle va être remplacée par COMURHEX 2, actuellement en phase de tests. C'est un investissement considérable pour Areva, le géant du nucléaire français. 

Le 31 décembre 2017, l’usine historique de conversion Comurhex I, située sur la plateforme industrielle Areva Tricastin (Drôme), a cessé définitivement sa production industrielle après 55 ans de fonctionnement.
A la fin de l'année 2018, elle sera remplacée par la nouvelle usine, Comurhex II, située à quelques centaines de mètres de son ancêtre, mais actuellement en phase d’essais.
"L’ensemble du personnel de Comurhex I sera ainsi affecté dès 2018 à la poursuite des essais, avec un programme de formation ambitieux", indique un communiqué de la direction d’Areva.

Cet arrêt de la production est programmé et préparé depuis plusieurs mois. Il a impliqué de nombreuses opérations "menées en sûreté et sécurité par les équipes d’exploitation" peut-on lire dans ce même communiqué. Les opérations d’assainissement et de démantèlement, se dérouleront tout au long de ce mois de janvier 2018, puis se poursuivront jusqu'en septembre 2019.

En 55 ans d’exploitation, l’usine Comurhex I du Tricastin a produit près de 460 000 tonnes d’uranium sous forme d’hexafluorure d’uranium (UF6) ; Ce qui représente selon Areva l’équivalent de la production de 24 000 TWh d’électricité nucléaire, soit la consommation mondiale d’électricité sur l’ensemble d’une année.
Drôme: Arrêt de Comurhex 1

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.